PlayStation VR : “il y a des jeux que nous devons faire” sur PSVR

PlayStation VR : “il y a des jeux que nous devons faire” sur PSVR

3 juillet 2018 4 Par sylion

Aux jeux des questions-réponses lors du Gamelab de Barcelone, Shawn Layden et Mark Cerny se sont laissés à quelques confidences et ont rassuré ou défoncé quelques portes ouvertes en lançant : “il y a des jeux (PlayStation VR) que nous devons faire” !

Long tête-à-tête à la Gamelab, où Shawn Layden, Sony Interactive Entertainment CEO, et donc en charge des jeux exclusifs de la console de Sony, et Mark Cerny, l’architecte entre autres de la PS4, se sont entretenus sur le marché des jeux vidéos en général, en passant par l’arrêt d’Icarus sur PS3, du management de 3000 développeurs et surtout du casque PlayStation VR. Et c’est bien ce qui nous intéresse avant tout ici. Petit résumé de ce qu’il fallait retenir :

L’entretien est consultable en partie sur le site venturebeat.com et sur uploadvr.com (et où vous retrouverez l’interview en anglais). Monsieur Layden explique qu’il recherche généralement trois choses à remplir lors du développement et du lancement de jeux vidéos : “First, Best and Must” (“le premier, le meilleur et le devoir”). Tandis que le “First” consiste à inventer de nouveaux genres de jeux, le “Best” est de guider la voie et enfin le “Must” est l’obligation de lancer de nouvelles technologies, comme la VR. J’en entends déjà qui interprètent ces premiers mots comme le fait que Sony, reniflant le filon de la VR à venir, s’est senti obligé de développer le PSVR et qu’ils y vont maintenant à reculons …

Non, pas du tout ! Comme l’avait souligné M. Caron au salon de l’E3, PlayStation est complètement “committed” (engagé) dans la VR et ne va pas revenir en arrière. Cela fait plus de 6 ans que Sony investit dans le PlayStation VR et la prochaine génération de leur console devrait être designée du début pour le support de la réalité virtuelle. Bye bye le boulet de la PS4 Prolo en fin de cycle … Mais passons ces provocations et revenons à nos moutons et aux extraits à retenir des dires de Shawn Layden :

“There are some games we must do, even if initially the profitability might be hard to make. For example, an easy one for that is [PlayStation VR] games. When you’re trying to grow the PSVR installed base, how many units are in homes, it’s difficult for some third parties to look at that addressable market and get the business to work for them. But we need games to move the platform. It’s a chicken-and-egg thing. So, at Worldwide Studios, we took on a number of PSVR projects in order to support the launch of that platform and getting it off the ground.”

“Il y a des jeux que nous devons faire, même si, au départ, la rentabilité pourrait être difficile à réaliser. L’exemple parfait pour cela concerne les jeux [PlayStation VR]. Quand vous essayez d’augmenter la base installée de PSVR, combien d’unités sont dans les maisons, il est difficile pour des tiers d’observer ce marché potentiel et de le faire marcher pour eux. Mais nous avons besoin de jeux pour faire bouger le support. C’est le paradoxe de l’œuf et de la poule. Ainsi, chez Worldwide Studios, nous avons pris en charge un certain nombre de projets PSVR afin de soutenir le lancement de cette plateforme et de la faire décoller. “

Petite parenthèse suite à cette première affirmation (valable pour tout lancement de console d’ailleurs) : Sony l’a toujours plus ou moins fait (accompagner sa plateforme par des jeux exclusifs forts, et maintenant plus que jamais sur PS4, il suffit de revoir la conférence Sony du récent E3) : le font-ils réellement pour le PlayStation VR ? Relisez les trois articles de Laurent qui concernent les studios européens, américains et japonais dédiés à la VR. A moins de bien cacher son jeu (et de nous sortir du chapeau de gros jeux PSVR inédits prochainement), nous avons de quoi en douter. Pourtant, en relativisant le marché honorable (plus de 2 millions de casques vendus pour sûr – et maintenant ?) mais somme toute limité de PlayStation VR, il est cohérent pour une entreprise de ne pas investir plus que de raison dans un secteur à moindre rentabilité (bien qu’investir, c’est aussi investir à long terme, dans l’avenir du support et de son image pour la prochaine génération …) . Bref, comme dit, c’est le serpent qui se mord la queue (ou l’œuf et la poule effectivement), comme on le répète depuis le début …

Sony, les studios Europe VR4player.
Sony, les studios américains VR4player.
Sony, les studios japonais VR4player.

“Must is sometimes driven by technology. We decide to do VR. We have PSVR technology. We’ve been working on that for six years. We’re in a place where the technology is ready to come to market, and we need some games that can help explain why VR is important and what VR can do.”

“Le must est parfois dicté par la technologie. Nous décidons de faire de la réalité virtuelle. Nous avons la technologie PSVR. Nous y travaillons depuis six ans. Nous sommes dans un environnement où la technologie est prête à arriver sur le marché, et nous avons besoin de jeux qui peuvent aider à expliquer pourquoi la VR est importante et ce que la VR peut faire. “

Après presque deux ans de commercialisation du casque PSVR, énumérons au risque d’en oublier les prochains jeux PlayStation VR qui devraient valoir la peine (mais attention aux déceptions, Bravo Team, The Inpatient et Ark Park, pour ne citer qu’eux, nous ont appris à être méfiants) : dans le désordre, Blood and Truth, Firewall Zero Hour, Starchild, The Persistence, Astro Bot, Beat Saber, Ghost Giant, Tetris Effect, Evasion, Déraciné, Eden Tomorrow, Torn, Jupiter & Mars, Vacation Simulator, … et j’en oublie donc. Même si la liste de jeux semble prometteuse, on ne m’enlèvera pas qu’il manque toujours du AAA (le stigmatisant Resident Evil 7 et le vieux Skyrim VR en sont les seuls représentants) et LA Killer App comme on l’appelle, du PSVR. On l’attend toujours cette année, avant qu’il ne soit trop tard sur cette génération …