PlayStation VR : Test de Firewall Zero Hour, enfin la killer app du PSVR ?

PlayStation VR : Test de Firewall Zero Hour, enfin la killer app du PSVR ?

9 septembre 2018 3 Par spanks

Firewall Zero Hour, nous l’attendions depuis longtemps et le voici enfin, ce FPS tactique nous proposant du 4VS4 en multi jouable à l’AIM controller (R.I.P Honor and Duty).

La barre d’attente était donc placée très haute sur ce jeu qui a bénéficié d’une attention et d’une communication toute particulière de la part de Sony et qui était présenté en démo jouable sur tous les derniers salons auxquels ils ont participé.

Le jeu est développé par le studio First Contact, qui ont déja sortis ROM extraction, qui n’a jamais vu le jour sur PSVR et qui faisait pourtant parti des premiers jeux annoncés compatibles Aim controller. Je pense cependant qu’on va vite pouvoir leur pardonner…

Nous avons pris notre temps pour tester le jeu, l’éplucher et vous proposer un test le plus représentatif possible du contenu et du gameplay. Firewall Zero Hour est il à la hauteur de nos espérances ? Place au test.

FireWall Zero Hour VR4player

Firewall Zero Hour, voyons ce que donne le menu et l’interface

Le menu est simple et efficace (et tout en français), on pourra y gérer nos mercenaires et notre arsenal. Les habitués des FPS classiques multijoueurs en 2D ne seront pas dépaysés et devraient s’y retrouver plutôt facilement.

Firewall Zero Hour propose bien entendu dans les options, de modifier la rotation angulaire proposée par défaut pour passer en mode fluide et se sentir totalement libre. Le bandeau noir réduisant le fov lors des runs lui aussi activé par défaut peut également être facilement retiré.

Il est aisé d’inviter des amis pour jouer en cliquant sur le petit sigle ” plus ” en haut à gauche de nos pseudos dès le menu principal et ainsi créer une escouade (jusqu’à 4) pour partir rapidement affronter des équipes adverses. Ce qui est très appréciable pour un jeu axé multijoueur.

Les matchmaking n’étaient pas au point les premiers jours suivant le lancement du jeu, il était très difficile de jouer avec ses amis (voir même parfois tout seul). Les développeurs ont été plutôt réactifs sur ce point-là en nous proposant un patch correctif trois jours après la sortie. Depuis c’est le bonheur et tout marche très bien !

Scénario, contenu : une histoire de pare feu

Dans ce type de jeu ne proposant pas de campagne solo, vous vous doutez bien que le scénario n’a pas énormément d’importance. Le principe est simple et reste le même durant toutes les party games du fait du seul mode de jeu proposé : le mode contrat qui consiste à soit attaquer soit défendre des firewall (pare feu en français) qui sont répartis sur deux points. Hacker ou défendre l’ordinateur telles seront vos missions. On peut également parcourir ce mode en solo ou en entrainement publique avec des amis contre l’IA, très utile pour se lancer dans le game.

Simple et efficace, mais est-ce qu’un seul mode de jeu suffit au jeu en lui même ? J’aurais personnellement tendance à dire que oui pour le moment, mais tout le monde ne sera pas forcément de mon avis. Bien entendu, un nouveau mode sera par la suite toujours bienvenue étant donné qu’il y a l’air d’avoir assez de monde sur le jeu pour se le permettre.

Un système d’XP jusqu’au niveau 5O :

Firewall Zero Hour dispose d’un système de progression par niveaux comme dans tout bon jeu du genre. On gagne de l’expérience et de l’argent à la fin de chaque partie achevée que l’on peut utiliser comme bon nous semble pour créer nos classes personnalisées. On peut ainsi customiser ses personnages, ses armes favorites à l’aide de skins ou d’accessoires ayant chacun son atout. Attention : il faudra beaucoup jouer avant de pouvoir débloquer certains éléments qui auront un avantage certain pour notre équipe et nous même dans les parties.

Les parties sont très courtes et durent 5 mn maximum, il serait bien vu que les développeurs mettent en place un système de manches (3 manches gagnantes par exemple).

Il m’est arrivé (dans des moments perdus) de penser que l’addition était un peu salée pour les 40€ demandés. Mais le soldat Sylion a réussi à me faire culpabiliser… Une profonde introspection et une bonne vingtaine d’heures de jeu plus tard, je me dis maintenant que non…. On espère tout de même les prochains dlc gratuits.

Gameplay de Firewall Zero Hour : un soupçon de Rainbow six ?

Le jeu est jouable principalement à l’AIM controller mais aussi pour ceux qui ne le possède pas avec la Dualshock 4.

Le jeu est jouable à la manette dualshock 4 et à l’Aim controller mais pour qu’on soit bien d’accord, je vais être direct : “l’option manette” n’est là que pour dépanner en attendant de se procurer l’Aim controller. Le jeu a été conçu et optimisé pour être joué avec ce joujou. En gros sans celui-ci autant faire du baseball avec une queue de billard (vous avez déja essayé ? C’est pas évident).

C’est une fois armé de notre AIM controller qu’on se rend compte que le jeu dispose d’un gameplay travaillé aux petits oignons. Tous les déplacements sont fluides et instinctifs, on sent l’arme que l’on tient dans les mains, on se sent réellement rapidement plongé dans le jeu. La seule ombre au tableau sera les décrochages temporaires de celui-ci durant les parties. En effet l’Aim aura parfois tendance à se décaler durant certaines sessions et la seule solution sera de redémarrer ou de secouer votre contrôleur. A côté de ce petit défaut, la précision reste au rendez vous et l’immersion est totale. La sensation de frag est très bonne, on sait quand on touche son ennemi même de loin, elle s’apparente à celle que l’on ressent dans la licence Call of duty qui est plutôt une référence en la matière (la VR en plus).

On peut comparer le gameplay de Firewall Zero Hour à celui de R6 siège notamment dans le choix de nous proposer des mercenaires qui possèdent chacun un atout bien distinct et dans l’approche tactique des parties. Accéder aux caméras une fois mort permet de localiser les adversaires pour ses coéquipiers. La communication vocale est la clé de la réussite dans Firewall Zero Hour à l’instar de son ainé. On ressent donc l’influence de Rainbow mais l’innovation est tout de même au rendez-vous (rien que pour l’apport de la réalité virtuelle) et le jeu parvient à se faire une identité qui lui est propre. Je déplore par contre que l’on ne puisse pas également accéder à la vue de ses coéquipiers une fois mort afin de réellement voir leurs performances, car les caméras ne couvrent pas tous les angles et il arrive qu’on s’ennuie quelques minutes si l’on ne trouve personne sur celles-ci. Nous en avons débattu dans notre vidéo, les divers avis sont intéressants.

Les sensations sont au rendez-vous.

La pression est au rendez-vous lorsque vous êtes le dernier, seul et unique espoir de votre équipe et qu’il faut en découdre avec plusieurs ennemis. On se laisse à cet instant guider vocalement par ses coéquipiers, cela provoque de bonnes montées d’adrénalines et une superbe sensation d’immertion.

Il y a deux écoles : ceux qui jouent debout et ceux qui jouent assis. Faisant parti de la deuxième catégorie (celle des flemmards), je joue tranquillement posé dans le canap et cela n’entache en rien (de mon point de vue) le gameplay du jeu car je n’hésiterais pas à me jeter d’un côté ou de l’autre de mon sofa pour avoir un bon angle de tir. Vous l’aurez compris : vous vivez le jeu, l’impression de tenir une vraie arme en main durant les parties est très immersive, ceci peut être renforcé par l’utilisation d’un gilet Subpac.

FireWall Zero Hour VR4player

Graphismes

Les 9 maps proposées fourmillent de détails et sont plutôt bien travaillées, le tout étant malheureusement entaché par un peu de flou. Cependant si la version PS4 classique est pas mal aliasée, elle ne l’est pratiquement pas voir pas du tout sur la version PS4 PRO. Le tout reste dans l’ensemble très correct et les défauts sont super vite oubliés en jeu une fois plongé au cœur de l’action. Les animations des personnages sont plutôt bien réussies et le jeu reste très fluide en toutes circonstances une fois en partie.

Musiques et bruitages

Les musiques sont plutôt bonnes dans l’ensemble et restent cohérentes avec l’ambiance du jeu. Si vous souhaitez communiquer facilement, je vous conseillerais de mettre le volume de la musique en dessous de la barre des 30 % dès le premier démarrage du jeu.

Les voix offs sont sympas et rajoutent de la vie au jeu : on trouvera par exemple marrant (ou pas) de se faire traiter de clowns en fin de partie par notre instructeur quand nous avons foiré la mission 😉

Les bruitages des armes mais également l’environnement sonore en général sont très bons, l’immersion est totale une fois le casque audio vissé sur les oreilles.

FireWall Zero Hour VR4player
FireWall Zero Hour VR4player
FireWall Zero Hour VR4player

Une communauté au top !

Je tiens à placer la communauté du jeu au cœur de ce test car vous l’aurez compris : jouer seul n’a pas beaucoup d’intérêts sur Firewall Zero Hour. Le jeu dispose d’une communauté très mature. Nous avons croisé beaucoup de français lors de nos sessions, notamment accompagné de mes acolytes Sylion et Herbi et fait de superbes rencontres qui se sont soldées par des parties endiablées soupoudrées de rires et de larmes. Il y a beaucoup de monde sur le jeu : du jamais vu encore pour un jeu VR. Les étrangers parlant pour la plupart anglais cherchent également très souvent à communiquer donc si vous êtes bilingue c’est le jackpot.

Nous supplions les développeurs de tout faire pour garder cette communauté active en rajoutant, comme promis, régulièrement du contenu.

Je laisse la parole à mes acolytes de combat :

Cyril :

Salut à tous et merci à toi Spanks de me laisser tribune sur ton article. Je possède Firewall Zero Hour en version physique car pour moi les bons jeux ça se garde (mon coté réac sans doute). Firewall est pour moi une révélation VR, on tient là le jeu qui montre aux yeux de tous que la VR c’est super. On se rapproche grandement des jeux versions classiques et le tout à plusieurs. Le jeu est volontairement orienté multijoueur (pari risqué quant on sait que la communauté peut tuer le jeu si elle le boude) et c’est un pari gagnant. C’est simple (menus, interactions…) et pas prise de tête. Exit également le motion sickness, génial. Moi qui ne suis pas fan des multi, que je trouve d’ordinaire bourrins, je m’éclate sur celui-ci. Sans doute l’approche tactique. Et puis avec l’Aim controller c’est génial. Plus besoin d’aller au Laser Game du coin. Pour plus de fun je joue avec un gilet Subpac M2X qui m’apporte encore plus d’immersion, je vis encore plus profondément l’excitation ou la peur, une merveille de sensations. Quelques fois l’Aim controller part en sucette durant une partie, mais ça ne me pénalise que légèrement. Bon ok je peste durant ces moments là mais je les oublie vite une fois que je réussi à faire gagner ma team. Débarrassé rapido de ses soucis de jeunesse, je vous conseille fortement le jeu. Sony et First Contact tiennent là un bijou, à eux de le faire briller. Ah et oui, messages pour les développeurs d’autres studios : un super jeu plein de fun en VR c’est possible, alors ne perdez plus de temps, lancez-vous.

Sylion :

Pour moi, Firewall Zero Hour entre direct dans le cercle des meilleurs jeux PlayStation VR. Bien réalisé, le titre de First Contact Entertainment est VRaiment agréable à regarder et à manier, immédiatement fun avec trois compères et loin d’être bourrin finalement. Malgré un contenu de lancement un peu chiche, Firewall se montre plus profond qu’il n’y paraît, particulièrement addictif avec l’XP et la crypo à gagner et diablement immersif avec un Subpac, crampé sur son AIM. La communication est la clé de la victoire … et de la rigolade en VR (à vous de mimer vos propres emotes ^^) mais si vous voulez progresser, mieux vaudra s’entraîner sérieusement et idéalement en Team soudée, pour mettre en place différentes stratégies selon les maps. Parce qu’il en faudra des victoires pour progresser dans ce jeu de tir exigeant qui demande de s’y investir pour l’apprécier davantage.

Patché depuis un lancement difficile, Firewall Zero Hour ressemble maintenant plus à ce qu’on pourrait appeler une Killer-App exclusive au PlayStation VR. Même si l’on gage d’une longue vie au jeu et à sa communauté, ce serait dommage de gâcher son plaisir et de passer son tour aujourd’hui ou pire à jamais de passer à côté d’une VRaie réussite dans son genre en réalité virtuelle. Oh fait, j’ai rechargé mon AIM moi ? …

Sei :

Firewall est enfin sur nos PS4 et la patience a payé. Nous tenons ici le FPS compétitif que nous attendions et qui manquait au PSVR. Plutôt joli malgré l’aliasing omniprésent sur la Ps4 fat mais cela ne gêne pas la visée de loin. L’apport de la réalité virtuelle sur ce genre de jeu est énorme, le fait d’être dans la bataille avec ses potes est un gros plus dans la tension de certains matchs.

Malgré de gros problèmes de stabilité à sa sortie, First Contact a été très réactif pour nous sortir un premier correctif, gageons que le suivi sur ce jeu sera régulier car c’est essentiel pour ce type de soft. Tout n’est pas encore résolu cependant : tracking du aim qui part en sucette à de rares occasions, handicapant le joueur pendant sa partie ; déconnexions aux serveurs encore présentes… mais globalement le titre s’en sort très bien et le plaisir de jeu est la. Les parties se trouvent facilement limitant au mieux l’attente de se retrouver dans le feu de l’action.

Une très bonne pioche donc pour les fragueurs de tous poils, d’autant que le confort de jeu est au top : des options pour éviter le motion sickness mais qui peuvent vite être désactivées tant le jeu est bien optimisé.

Avec un suivi régulier, une super communauté française bon esprits et un système de jeu simple et diablement efficace, Firewall Zero Hour se hisse sans problème dans le top des jeux PSVR que tous les joueurs doivent se procurer. Un titre qui mériterais une médiatisation plus importante tant il fait du bien au PSVR et clouerais le bec des nombreux détracteurs de la réalité virtuelle. Aller j’y retourne, les headshots vont pas se faire tout seuls !

TOP Conclusion test

VERDICT :

Farpoint avait posé les bases, Firewall vient finir le boulot !

N’y allons pas par 4 chemins : Firewall est une bombe, un must have pour tous possesseurs de casques PSVR (ou pas). Et même si le jeu comporte quelques petits défauts, ceux-ci seront très facilement pardonnés et oubliés une fois le combat engagé, voir même peut être corrigés prochainement.

Certes il ne propose actuellement qu’un seul et unique mode mais celà permet d’avoir un multijoueur très stable, de ne pas diviser les joueurs, ce qui permet de trouver des parties très rapidement.

Le jeu brille aussi par sa communauté mature (ce qui est plutôt rare dans ce type de jeu) qui est pour le moment très active et enjouée. Nous espérons un bon suivi des développeurs sur la durée pour la faire tenir le plus longtemps possible.

Moi, soldat spanks, niveau 23 à l’heure ou j’écris ces lignes, déclare Firewall Zero hour première killer app du PSVR. Ce jeu file tout droit en tête de liste des jeux incontournables VR4player. Longue Vie à la VR !

Avis de VR4player.fr
Test réalisé sur PS4 PRO
Graphismes8
Gameplay9
Bande Son10
Immersion9
Rejouabilité9
Communauté9
RATIO PRIX / DURÉE DE VIE9
Note des lecteurs20 Notes6.9
Les plus
La 1ère killer app du PSVR
Le 1er VRai FPS multi 4 vs 4 contemporain
Immersion et précision avec l'AIM controller
En français
L'aspect tactique
Très addictif
Variété des maps
Réactivité des dev
Du contenu à débloquer
Les moins
Absence de plusieurs modes de jeu
Manque un système de manches
Un peu de flou
Décrochage temporaire de l'Aim controller
Seuls les vainqueurs gagnent vraiment leur croute
9