in , , ,

JE PLEURE !JE PLEURE !

[TEST] Layers of Fear sur PSVR, une mouche dans le Portage ?

Ça y est, Layers of Fear débarque enfin sur notre PS VR à 19€99 pour notre plus grande horreur après une sortie discrète sur PC VR datant de décembre 2019 tout de même. Il s’agit de la première incursion de Bloober Team, studio polonais de talent, dans le monde de l’angoisse psychologique qui s’est poursuivi avec le chef d’œuvre Observer ( en test plat ici ), Layers of Fear 2, Blair Witch (et son adaptation VR sur Quest) et enfin le moyen The Medium. A sa sortie en 2016, il faut dire que le studio n’a manqué ni de talent, ni d’inspiration. C’est parti pour l’introspection en réalité virtuelle ! Que vaut cette version PS VR ?

Layers of Fear VR PlayStation VR PSVR VR4Player

Layers of Fear : Le Scénario

Dans ce jeu à la première personne, nous incarnons un peintre maudit avec qui la vie n’a pas été toujours très généreuse. D’énormes traumatismes ont eu raison de sa psyché et le bonhomme laisse derrière lui sa plus grande œuvre inachevée : Un tableau, tout d’abord abstrait, en début d’aventure qui va se dévoiler au fur et à mesure de votre exploration dans le manoir familiale ou se passe toute l’intrigue. Très vite le joueur se rends compte que son sens de l’orientation ne sera pas mis à contribution pour se repérer : notre personnage est malade, troublé, il voit des choses qui n’existent pas, qui sortent de toute logique. L’espace et le temps n’ont plus aucun sens dans ces environnements baroques, sombres, angoissants et d’une grande poésie mélancolique.

Et voilà la plus grande qualité de Layers of Fear : son ambiance et son atmosphère torturée qui retourne la tête du joueur, qui devrait être sublimé par l’apport de la réalité virtuelle. Décors poisseux, dérangés et référence constante aux maîtres de la peinture tels que Goya, De Vinci, Friedrich, Füssli ou Rembrandt pour ne citer qu’eux. Comme dans Observer qui l’a suivi, on retrouve déjà ici la passion de Bloober Team pour l’art et cela se retranscrit sans aucun complexe dans les décors et les œuvres originales qui parsèment le jeu. Visages qui se déforment, tableaux et environnements qui évoluent, rien ne va être épargné au joueur tout au long de son périple intérieur.

Layers of Fear Test Review Critique Avis PSVR PlayStation VR VR4Player
Layers of Fear Test Review Critique Avis PSVR PlayStation VR VR4Player

Graphismes

Layers of Fear renforce son coté glauque par des couleurs assez sombres et monochromes qui ne plairont pas à tout de monde. On est loin du chatoyant cartoon, vous voilà prévenu. Et malgré son charme et son ambiance superbe, cette version PS VR ne rend pas du tout hommage au jeu d’origine : Le jeu est moche, il n’y a pas d’autre mot. C’est complètement flou à cause de la très faible résolution et aliasé à mort. Les textures sont baveuses et ternes quand elles ne sont pas tout simplement absentes. Dans certaines pièces, le fond du décors n’apparait pas pour palier au manque de puissance de la PS4 (ou son mauvais portage) et pour le moment il n’y a pas de patch PS4 PRO pour améliorer ça. Il faut oublier aussi certains effets de lumières et d’ombres présents sur la version PC VR, ce n’est pas le plus grave mais l’aspect global déjà mitigé en prend un coup. Et enfin pour saupoudrer le tout, le jeu est buggé. Et pas du petit bug rigolo, non là on a affaire à du gros glitch avec textures qui disparaissent, passages à travers les murs, des pans du jeu simplement zappés, etc… Dans un jeu qui cherche à perdre le joueur on se demande parfois si c’est normal ou pas. Parfois non, pas du tout.

Layers of Fear Test Review Critique Avis PSVR PlayStation VR VR4Player
Layers of Fear Test Review Critique Avis PSVR PlayStation VR VR4Player

Le Gameplay de Layers of Fear

Composé de 6 chapitres, le gameplay de Layers of Fear est simple à résumer : On avance et on subit dans la plus pure tradition des walking simulator. A un détail prêt, c’est que le décors étant en constante évolution on ne s’ennuie pas une seule seconde. Ici très peu d’énigmes, il faudra juste trouver des clés, quelques combinaisons de cadenas et se déplacer pour trouver la prochaine bizarrerie qui vous tombera dessus. Le challenge est donc quasi inexistant, il s’agira surtout de savoir ce que votre petit cœur sera capable d’encaisser pendant ces 4 à 5 heures de jeu.

On passe à une autre chose qui fâche : les contrôles se font exclusivement au PS Move et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est pas une réussite. On est dans un 38 tonnes simulator, les commandes ne sont pas intuitives et on passe son temps à se bloquer dans des éléments du décors au lieu de glisser dessus. On avance, on recule et on straffe avec le Move droit et on se tourne avec le gauche et même après plusieurs heures de jeu, il arrive souvent qu’on ne fasse pas le mouvement désiré. C’est lourd, ça sort de l’immersion et vu le peu interactivité qu’on a avec les objets, il aurait mieux valu opter pour des déplacements à la manette.

Sons et musiques : La maîtrise

Mais il y’a un point que Layers of Fear maîtrise, c’est sa gestion du son. Partie intégrante de la mise en scène, celle-ci saura se montrer discrète quand nécessaire et oppressante quand il le faudra. Les musiques composées par Arkadiusz Reikowski sont tout bonnement magnifiques et accompagneront parfaitement les moments de grâce que propose le jeu, nombreux et ténébreux.

Layers of Fear VR PlayStation VR PSVR VR4Player

Conclusion

Layers of Fear était déjà une référence de l’horreur psychologique à sa sortie en 2016. Il a d’ailleurs fortement inspiré des jeux comme Affected : The Manor également sur PS VR et un tas de Walking Sim horrifiques plats. Malheureusement cette version PS VR ne rends pas du tout hommage au matériaux d’origine : Contrôles lourds et mal pensés, graphismes extrêmement flous même sur PS4 PRO, bugs et glitchs bien crades, rien ne nous est épargné dans cette version. Reste que si vous pouvez faire abstraction de tout ça, le jeu pourra vous maintenir totalement immergé dans ce cauchemar, et les plus courageux prendront une certaine forme de plaisir à parcourir ce manoir victorien baroque, illogique et mystérieux pour démêler les méandres torturés de ce héros malgré lui, pour tenter de comprendre ce qui le perturbe et l’aider à finir son œuvre. Porté par une mise en scène ne laissant jamais le joueur tranquille et une partition magnifique, Layers of Fear reste quand même une adaptation ratée techniquement sur PS VR.

Courage à Bloober Team, reste plus qu’à adapter Observer lui aussi grandiose et nous porter Blair Witch avec des graphismes dignes du PS VR. Le studio croit en la VR, moi je crois en eux.

L'avis de VR4Player
Test réalisé sur PS4 PRO
Scénario
8
Gameplay
4
Graphismes
3
Bande Son
8
Immersion
6
Rejouabilité
5
Rapport Qualité / Prix / Durée
6
VOTRE NOTE, VOTRE TEST !0 Note
0
Les plus
Un cauchemar éveillé
Une bande son somptueuse
Aucun temps mort
Une histoire bien écrite et bien amenée
Un jeu qui retourne la tête et perd le joueur
Les moins
Contrôles aux PS Move lourds et peu instinctifs
Graphismes flous et aliasés
Techniquement à la ramasse
Bugs et glitchs qui cassent le jeu
5

Article de Sei

Ça fait plus de 25 ans que j'ai découvert les jeux vidéo. Je n'arrive toujours pas à décrocher et c'est pas la Réalité Virtuelle qui va arranger les choses 😉

Commentaires

Votre avis sur cet article ?

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les news en VRac VR4Player PSVR PlayStation VR Impulse Gear

PlayStation VR : Impulse Gear, Discord, Epic Games & Zero Caliber PSVR

PS5 PSVR 2 Eye tracking PlayStation VR 2 Sony VR4player

PS5 PSVR 2 : Définition et eye tracking au menu du futur PlayStation VR 2