PlayStation VR : The Persistence, la perle de Juillet sur PSVR – Test Review

PlayStation VR : The Persistence, la perle de Juillet sur PSVR – Test Review

24 juillet 2018 9 Par Laurent Ganne

Nous avions pu découvrir un aperçu de The Persistence du studio Anglais de Liverpool, Firesprite Games grâce à la démo PlayStation VR sortie il y a plusieurs mois maintenant. Notre avis sur cette démo était plutôt mitigé et nous avions préféré attendre la version définitive du jeu plutôt que de dire des bêtises sur son compte. Cette fois ça y est, The Persistence est enfin sorti et le moment est venu de vous donner notre avis. Quels sont ses points forts mais aussi ses faiblesses ? The Persistence est-il un titre incontournable du PlayStation VR ? Place au Test !

Le Scénario de The Persistence

C’est plutôt rare et ça mérite d’être souligné. Le scénario de The Persistence sert et justifie intelligemment le Gameplay. Ça rend le titre au final plus crédible ! On va essayé de vous planter le décors. Vous connaissez bien entendu tous le faucon millenium et sa vitesse lumière ? Souvenez-vous de ce que Han Solo dit à Luc dans “Un nouvel Espoir” :

“Piloter un engin dans l’hyperespace, c’est autre chose qu’une moissonneuse-batteuse… suffit d’un millième d’erreur de calcul et la trajectoire passe à travers une étoile…ou bien on frôle une super nova, et là, la balade est terminée, petit gars.”

Voilà ce qui arrive à votre vaisseau The Persistence. Sa course a été interrompue en passant un peu trop près d’un trou noir. L’attraction de ce dernier a endommagé l’appareil et l’ensemble de l’équipage est mort, vous y compris ! Ça commence bien ! Bien entendu l’espèce humaine dispose d’une technologie évoluée et contrôle le clonage grâce à de grosses imprimantes qui peuvent créer un être à partir d’un échantillon d’ADN. Vous avez de la chance, les clones printers ont bien fonctionné pour vous et vous êtes parfaitement dupliqué ! Ce ne sera pas le cas de l’équipage malheureusement. L’attraction du trou noir détraque tous les circuits de ces machines et elles commencent à créer à la chaîne des mutants typés zombies à partir de l’ADN de vos collègues ! Vous allez incarner l’officier de sécurité Zimri Eder et vos objectifs seront de restaurer les fonctionnalités de The Persistence pour redémarrer le vaisseau et quitter cette endroit peu fréquentable. On peut vous le dire de suite, vous allez mourir dans The Persistence et pas mal de fois en plus !

The Persistence PlayStation VR test review video

The Persistence : À la vie, à la mort !

On ne revient pas bêtement dans ce jeu après avoir perdu. En effet, votre corps est cloné à chaque fois que vous perdez la vie mais vous conservez votre mémoire et vos souvenirs numérisés. Vous allez pouvoir améliorer votre nouveau clone progressivement en fonction des éléments que vous aurez récupéré. Vous commencez l’aventure avec une arme : Un extracteur de cellules souches. Si vous vous approchez suffisamment d’un ennemi mangeur de cervelle, vous allez pouvoir lui extraire son ADN qui vous permettra par la suite d’améliorer vos clones. Vous pourrez par exemple augmenter leur niveau de santé, leur furtivité, votre niveau de matière noire ou les dégâts affligés à vos ennemis. Certaines machines sur votre chemin vous permettront d’améliorer vos armes ou de changer votre uniforme pour une meilleure protection.

The Persistence PlayStation VR test review video
The Persistence PlayStation VR test review video

Le Gameplay

Plus vous allez avancer dans le jeu et plus vos capacités seront améliorées. Le début du jeu où vous ne serez qu’un petit novice mal équipé se fera plus en furtivité alors que les derniers niveaux seront certainement plus combatifs, vous allez avoir de plus en plus confiance en vous. Vous allez passer dans The Persistence du bonhomme complètement flippé qui rase les murs au Warrior parfaitement décidé à aller faire la misère aux mutants.

L’intégralité du jeu se joue à la DualShock. Pas de PS Move ici et finalement ce n’est pas plus mal vu qu’ils n’ont pas de sticks analogiques. Personnellement,  je préfère la DualShock aux PS Move dans Skyrim VR et je ne suis pas fan de l’idée : “Si tu veux reculer, mets ton arme au dessus de ton oreille droite”. Attention, je ne critique pas le mode de déplacement de The Solus Porject, c’est certainement la meilleure solution pour utiliser les cornets de glace mais si l’on veut parler d’immersion, il reste important de dissocier la locomotion et la visée ! Les développeurs pourraient peut être se pencher dans une prochaine mise à jour sur le 3DRudder couplé avec les PS Move, c’est une solution alternative intéressante surtout sur le PSVR! Ce qu’il manque au PSVR depuis sa sortie, ce sont des controllers VR du même genre que le dernier projet de Valve.

Firesprite Games ont écouté les joueurs VR et les options (imposées) pour diminuer le Motion Sickness sont toutes désactivables ! On peut donc dès le début commencer par faire un tour par le menu option et désactiver la téléportation abusive ou le masque noir Fove qui vous donne un champ de vision de taupe. Là encore, les développeurs se sont penchés sur un cahier des charges efficace et adapté au plus grand nombre ! Le jeu n’est pas compatible avec l’AIM Controller, simplement parce qu’il ne s’y prête pas ! Vous disposez de 17 armes différentes et cela pourrait sembler étrange de tenir un fusil mais d’utiliser un pistolet dans le jeu… La prise en main à la manette est instinctive et efficace !

The Persistence PlayStation VR test review video

Un mode procédural

Un autre point fort du jeu est que le plan du vaisseau est généré de façon procédurale à chaque fois que vous mourrez. Vous recommencez donc votre mission mais sans aucune impression de déjà vu. Bien que cette approche ne serve pas vraiment la cohérence, elle est parfaitement efficace dans le Gameplay car il vous faudra à chaque fois après une défaite, trouver de nouveaux repères et du coup, vous avez beau mourir à la chaîne, vous ne ressentez jamais de ras le bol de refaire 30 fois la même chose ! Un bon point à Firesprite Games pour cette approche originale et bien réfléchie !

Les Graphismes

Graphiquement parlant, The Persistence est une réussite. L’ensemble est cohérent, les éclairages sont soignés, les modélisations et les textures sont à la hauteur et l’aliasing se fait complètement oublier ! Bref c’est une réussite ! On ne sait pas si le jeu est déjà optimisé PS4 Pro mais si ce n’est pas le cas, alors certains développeurs devraient prendre exemple sur Firesprite Games car le jeu est particulièrement bien abouti dès son premier jour de lancement ! Si on devait faire un reproche, il se situerait plus du côté du bestiaire qui n’évolue que très peu durant votre avancée. On aurait aimé rencontrer une plus grande évolution dans les ennemis avec des mutants beaucoup moins humain sur la fin … de véritables monstres à la Resident Evil ?… mais là c’est un avis personnel et je chipote peut-être un peu !

Le Son et la Musique

Le son spatialisé fait très bien son job surtout dans une salle noire avec une petite lampe torche et plus de munitions ! Si vous êtes isolé dans le noir avec deux ou trois zombies. Vous ne pouvez pas utiliser votre lampe torche car vous seriez repéré. Le son sera alors un excellent élément de gameplay pour localiser vos adversaires. D’un point de vue musique, cela colle parfaitement à l’ambiance du jeu, rien ne choque, rien à dire de plus !

The Persistence PlayStation VR test review video
The Persistence PlayStation VR test review video

Un mode de jeu avec vos amis

The Persistence ne dispose pas d’un mode de jeu multijoueur en ligne. Firesprite Games ont tout de même pensé à une option permettant de faire rentrer dans la partie l’un de vos amis grâce à son téléphone portable ou sa tablette. Cela se présente comme une application disponible pour iOS et Android qui affichera le plan du vaisseau vu de haut. Une fois connecté, les joueurs ont un contrôle sur le jeu, y compris la capacité d’attirer les ennemis, d’ouvrir les portes et de désactiver les pièges. En vous aidant, vos amis peuvent mettre à niveau leur système “Solex” pour débloquer encore plus de pouvoirs, comme la possibilité de geler les ennemis pour vous aider à vous échapper.

Mais attention, parfois vos amis sont récompensés si vous mourez ! Avec la capacité d’engendrer de nouveaux ennemis et de les faire attaquer. Vous l’avez compris, cette option ne va pas casser trois pattes à un canard mais elle a le mérite d’exister et ça peut être un mode de jeu à essayer si un ami vous rend visite… Il faudra penser à alterner les rôles car dans le cas contraire, la personne sur la tablette en aura vite ras le bol !

Le rapport Durée de vie / Qualité / Prix

La qualité est donc au rendez-vous pour The Persistence. Firesprite Games estiment la durée de la campagne à environ 8 heures. Herbi est arrivé au bout du jeu en 11 heures. Une fois la campagne terminée, vous aurez alors accès au mode survival qui vous proposera de boucler le jeu complet en 10 clones maximum. Il va falloir être rapide et efficace dans ce mode ! The Persistence est disponible en version boîte au prix de 25 euros un peu partout sur le net et à 30 euros sur le store. Le ratio prix/durée de vie est donc particulièrement bon, ce qui vient ajouter encore un bon point à la note finale du jeu.

TOP Conclusion testConclusion

En conclusion, The Persistence est une réelle et excellente surprise de cet été. Dommage que les environnements ne soient pas plus variés, une excursion à l’extérieur de la station aurait été la bienvenue. Si vous appréciez les ambiances angoissantes et plutôt horreur, alors vous serez conquis par le jeu. Il n’a pas de réels défauts, à part peut-être le manque d’un mode en ligne digne de ce nom. Le titre alterne avec brio les phases de furtivité et celles de combats bien bourrins. L’IA des ennemis est plutôt bonne. Certains tableaux vont vous glacer le sang et c’est bien pour cela que l’on aime ce type de jeu. Le package est complet, Jump Scare, ambiance glauque et combats musclés. The Persistence mérite sa place au côté des indispensables du PlayStation VR même si il n’est pas compatible AIM Controller et PS Move. On oublie relativement vite ce détail même en VR car le gameplay fonctionne plutôt bien avec la DualShock. La bande son n’est pas traduite en Français mais tous les textes le sont ainsi que tous les sous-titres. Un de nos coups de cœur de l’année ! 

L'avis de VR4player
Test réalisé sur une PS4 Pro
Scénario7
Gameplay8
Graphismes8
Son & Musique8
Rapport Prix / Durée de vie / Qualité9
Note des lecteurs36 Notes5.4
Les plus
Une super ambiance
Un Gameplay efficace et réfléchie
Graphismes
L'amélioration de vos clones
Le rapport Qualité / Prix / Durée de vie
Top avec un Subpac !
Les options de désactivation des bridages anti Motion Sickness
Les moins
Un environnement trop fermé et pas suffisamment varié
Le mode deux joueurs anecdotique
8