in

PlayStation VR, Steam, Réalité Virtuelle : Cold Iron, VR4player l’a testé plus vite que son ombre sur PSVR et PC

Nous avons décidé de vous rendre compte de notre ressenti de Cold Iron dans le cadre d’un article rédigé par deux testeurs, Spanks sur PC et moi même sur le Playstation VR. Si le contenu du jeu est rigoureusement identique sur les deux plateformes, quelques différences techniques et de jouabilité ont été observées.

Précisons que Spanks a réalisé ce test au moyen d’un casque WMR Lenovo compatible Steam sur une configuration PC de moyenne gamme. Quant à moi j’ai naturellement réalisé le test au moyen du PSVR sur PS4 PRO.

Cold Iron

Présentation de Cold Iron :

Cold Iron est un jeu de tir développé et édité par Catch & Release, LLC. Mardi 30 janvier, Cold Iron est disponible sur les plateformes Steam et PSVR. Suite à la levée de l’embargo international à 6:00 am (Midi chez nous), il nous est officiellement permis d’officialiser notre test et notre Let’s Play. Cold Iron est donc le fruit d’une petite équipe d’indépendants, il se présente comme un jeu de tir dans lequel rien n’est laissé au hasard et où la précision et la rapidité seront nos meilleurs atouts, tout en mettant à contribution notre sens de l’observation.

Les développeurs n’ont pas hésité à comparer leur bébé à des références telles que Punch Out, Stranger things (pour son côté fantastique), Westworld (pour le côté Far West et affrontements), et vont jusqu’à citer des jeux comme Cuphead (pour son gameplay ” Boss rush “), Arizona Sunshine et Raw data (pour leurs fusillades nerveuses).

Laissons place à Matthew Taylor du studio pour nous présenter son bébé :

” Cold Iron is a VR puzzle shooter set in the Weird West. The gameplay is like disarming a bomb with a gun. You have to identify your opponent’s weakness and then be fast enough to exploit it in the blink of an eye. I hope players are ready for a challenge unlike anything else in VR! “

” Cold Iron est un jeu de tir de puzzle VR situé dans l’Ouest étrange. Le gameplay est comme désarmer une bombe avec une arme à feu. Vous devez identifier la faiblesse de votre adversaire et ensuite être assez rapide pour l’exploiter en un clin d’œil. J’espère que les joueurs sont prêts pour un défi qui ne ressemble à rien d’autre en VR! “

Voilà, la messe est dite, le Cowboy moyen passe sa vie à rêver d’or, de primes et de Saloon accueillants mais dans Cold Iron l’histoire nous réservera davantage de surprises.

Mais qu’en est-il vraiment de ce jeu original dont nous ne savions pas trop quoi en attendre ?

Cold Iron

Menu et interface : Le saloon !

Le jeu débute dans un saloon (on est bien dans un Western). Nous y tenons un colt à la main et les Menus seront disposés devant vous sur le bar sous forme de bouteilles qu’il faudra viser. Simple, efficace et cela nous met directement dans l’ambiance !

Les menus sont aussi classiques et épurés, on peut y consulter nos trophées et lancer le jeu.

Les quelques textes et les voix sont entièrement en anglais et aucune traduction française ne semble prévue (on commence à prendre l’habitude avec les jeux VR). Dommage, mais honnêtement cela ne nuit en aucun cas à la compréhension du jeu tant le concept est simple.

Scénario : Il était une fois dans l’ouest, mais pas que…

Après le meurtre de son père, le héros passe un pacte avec le ” Cold Iron “, un pistolet qui contient un esprit démoniaque pour partir en quête de vengeance. Pour l’aider dans ce projet il aura besoin de l’aide de l’armurier (Gunsmith). Ce personnage nous guidera de sa voix off (à l’accent texan) tout au long du jeu en nous donnant des conseils.

Le jeu mélange donc habilement une ambiance Western et fantastique. En effet, Cold Iron est composé de plusieurs ambiances différentes : on passera du bon vieux Far West à celui de la forêt, en passant par une ville plus moderne et même par le désert silencieux.

Cold Iron

Gameplay : Plus souvent mort que vif

Le jeu propose des duels composés de plusieurs « rounds » dans lesquels il faudra être plus rapide et plus précis que son adversaire. Le jeu met donc vos réflexes et vos nerfs a rude épreuve. En dehors de quelques phases de bonus, vous aurez vraiment la pression à chaque duel. Il est incontournable de jouer debout, non seulement pour le sentiment d’immersion mais aussi afin de bénéficier d’une totale liberté de mouvements et de ne pas perdre de temps pour dégainer.

Ici, tout se joue à la milliseconde prêt ! Le tableau des scores nous en précisera le nombre exact à chaque fois.

Le jeu ne propose d’utiliser qu’un seul contrôleur car on ne joue qu’avec une seule arme (comme dans les vrais duels).

  • Sur Playstation VR, on joue avec un PS Move, et on tire avec la gâchette. C’est simple et efficace.
  • Sur PC on joue à l’identique avec un VR controler.

On tient donc notre colt à la main, rangé dans son holster (donc au niveau de la taille), un enchaînement de battements de cœur marque le début du duel (matérialisés par des bandes noires en haut et en bas de l’écran) et pendant ce court moment il faut faire preuve de concentration (on pourrait même entendre les mouches voler). La pression du duel à mort est bel et bien là, on s’y croit mais lorsque la cloche retentit, on doute. Après cette phase, dont le temps est variable, on dégaine et boum, seul le plus rapide reste debout. Les phases de duels sont donc très bien retranscrites et c’est la première fois que l’on ressentira une telle pression, on est bien dans la peau d’un cow-boy qui lutte pour sa survie. Un vrai duel de Western je vous dis.

Cela se joue toujours au meilleur des 5 manches. On peut donc toujours se rattraper après un échec mais ça ne suffit pas toujours car si les deux premiers affrontements de chaque niveau seront assez aisés au commencement du jeu, cela se gâte amplement par la suite et surtout, on ne fait jamais le malin face au troisième puisque l’on devra découdre avec un boss qui sera beaucoup plus rapide et difficile à anticiper que ses prédécesseurs !

Et si par malheur vous n’arriviez pas à le vaincre, vous devrez recommencer l’intégralité du niveau et autant vous prévenir, la difficulté devient parfois subitement extrême, ce qui est un peu énervant. Même avec un goût pour le côté « Die and retry » de certains jeux, cette fois, nous avons été proches de perdre patience. Et nous aurions eu tort. Car le jeu est certes très difficile en mettant nos nerfs à rude épreuve mais il a le bon goût de ne pas oublier nos méninges.

A partir du deuxième niveau, non seulement la difficulté s’accroît, mais il nous est demandé d’être beaucoup plus subtil car c’est à partir de ce moment que le côté puzzle shooter prend toute sa place, par exemple en nous obligeant à analyser des trajectoires lumineuses avant de tirer sur notre ennemi en une fraction de seconde (sans exagération) pour tirer sur l’ennemi lors de son apparition.

La variété des ennemis nous a plu et nous ne voulons pas trop en dire afin de ne pas gâcher l’effet de surprise, important pour ce jeu mais sachez que les développeurs sont allés très loin dans le type d’ennemi à affronter, dont certains semblent issus d’un film fantastique. Aucun d’entre eux ne s’appréhende de la même manière que le précédent. Précisons que notre personnage se tient toujours à un point fixe. Nous aurions aimé avoir droit à des scènes de tir embarquées, à cheval ou en diligence, quelques cinématiques ayant attisé notre curiosité sur ce point. Cela aurait été un plus très appréciable.

Sur PC, c’est le néant concernant le roomscale étant donné que ce sont des duels, vous pourrez certes faire des pas chassés sur les côtés pour changer légèrement votre position mais ça ne servira pas à grand-chose et vous resterez toujours sur place. Ne comptez pas esquiver les balles de la même manière que sur SuperHot. Question tracking on est bon malgré la vitesse d’exécution du gameplay, l’arme suit sans problème. J’ai eu tout de même de rares décrochages de mon contrôleur (nécessitant un redémarrage de celui-ci).

 Sur Playstation VR, les mouvements répondent très bien et la visée est assez précise, elle a toutefois besoin de quelques recalibrages ponctuels.

Les graphismes : quelques défauts mais des efforts appréciables.

Cold Iron
Cold Iron
Cold Iron

La grande différence entre la version PC (Steam) et la version PSVR, tient lieu dans la possibilité sur PC de choisir la qualité graphique, de faible à moyen jusqu’à élevé. Ce qui est très bien. Cold Iron paraît peu gourmand et semble bien optimisé pour tourner sur des petites configurations, ça c’est tout bon quand on connaît les tarifs de certaines configurations.

  • Sur PC, même si les graphismes ne sont pas exceptionnels, ils sont très épurés et rendent le jeu bien agréable avec très peu d’aliasing et d’effets de flou.
  • Sur Playstation VR, nous avons regretté la présence d’aliasing, qui ne s’est toutefois avéré gênant que dans la ville où les tirs ont une cible plus lointaine que les autres niveaux.

Tous les niveaux présentent une ambiance graphique et une palette de couleurs différentes. Les effets visuels dans certains duels sont bien faits mais compte tenu de la concentration dont il faut faire preuve, on ne les apprécie pas forcément la première fois. De ce côté-là les développeurs ont donc accompli un travail appréciable. Nous aurions cependant aimé voir les bras de notre personnage pendant l’action et pas seulement son arme, pour davantage d’immersion.

Cold Iron
Cold Iron

La Bande Son, aussi envoûtante que celles d’Ennio Morricone ?

Il est franchement plus que difficile de pouvoir arriver à la cheville des BOF qu’a pu produire Ennio Morricone. L’équipe de Catch & Release a donc fait bien plus simple mais avec intelligence. Chaque niveau a donc droit à sa propre musique et celles-ci sont plutôt sympathiques. Tant mieux, car on va les entendre plus d’une fois chacune, croyez nous !

Les bruitages sont eux aussi en corrélation avec l’univers et de qualité. La voix-off qui nous accompagne tout le long du jeu en impose et ressemble vraiment à celle d’un cow-boy classique mais en anglais, un vrai quoi !

Cold Iron
Cold Iron

Conclusion :

En rédigeant ce test, le premier mot qui nous est venu à l’esprit à tous les deux est « hardcore ». Le côté Die and Retry peut rendre fou surtout en raison de l’obligation de devoir refaire le début du niveau après avoir perdu contre le boss. Le jeu est donc très exigeant et il faut être très réactif pour sortir vainqueur de la plupart des affrontements, la difficulté étant assez mal dosée dans le premier niveau.

Mais cette difficulté fait le jeu et est souhaitée par le studio :

I agree that the game is difficult. We wanted it to be challenging like the games we played as kids (for example, “Punch-Out!!”) or even more recent games like “Cuphead”. We like these games because it is so satisfying when you finally complete each level.

Je suis d’accord que le jeu est difficile. Nous voulions que ce soit difficile comme les jeux auxquels nous avons joué enfants (par exemple, ” Punch-Out !! “) ou même des jeux plus récents comme ” Cuphead “. Nous aimons ces jeux parce qu’ils nous rendent fiers lorsque vous terminez chaque niveau. “

En revanche, nous avons aimé l’innovation du gameplay de Cold Iron, parce qu’il n’est pas un shooter classique : non seulement il fourmille d’idées originales et variées mais l’aspect Puzzle Shooter y trouve aussi une place de choix.

Il y a très peu de différences entre la version PC et la version PSVR. Un peu moins d’aliasing et la possibilité dans les réglages de gérer les trois niveaux graphiques sont les plus notables. 

Pour conclure, les qualités réelles de Cold Iron ne suffiront sans doute pas à en faire un grand jeu sur la durée parce qu’il n’y a en fait que quatre niveaux et qu’il faut être très motivé pour les recommencer après en avoir triomphé. Mais bizarrement, après de vrais moments de découragements partagés, c’est la difficulté que nous avons vécue comme un véritable défi qui nous fait finir notre test avec davantage de points positifs que négatifs dans la balance. Nous sommes vraiment fiers d’en être venu à bout et n’est-ce pas ce que souhaite tout joueur ? 

Proposé ” Pour une poignée de dollars ” environ 20€, il nous est difficile de nous prononcer sur la durée de vie du titre, puisque tout dépend de vos liens de parentés avec Lucky Luke. Pour des cow-boys lambdas comme nous, c’est au bout de plus de 6 heures que nous avons été confrontés au boss final, un certain … Cold Iron.

Alors, aurez-vous la patience, l’assiduité, la classe de Clint ? 

L'avis de VR4player.fr
Test réalisé sur PS4 PRO
SCÉNARIO
5
GAMEPLAY
7.5
GRAPHISMES
8
BANDE SON
7
IMMERSION
8
RATIO PRIX / DURÉE DE VIE
7.5
REJOUABILITÉ
6
Note des lecteurs2 Notes
6.3
Les plus
Innovant
Se prendre pour Lucky Luke
Un effort de variété
Un VRAI challenge bien dur
Les moins
Peut démotiver car Hardcore
Pas de scènes embarquées
On aurait aimé plus de niveaux
7

Article de Marc Spiquel

Passionné par les jeux vidéo depuis mon enfance, je travaille dans l'informatique de gestion. Les jeux en Réalité Virtuelle me fascinent par leur capacité à nous procurer des sensations d'immersion et de dépaysement jusque là inespérées.

Votre avis sur cet article ?

8 Commentaires

Laisser un commentaire
  1. Et bien ! En effet, un seul mot me vient direct à l’esprit après avoir ENFIN terminé ce jeu (en 2 semaines…), pour un jeu qui au final peut se faire en même pas 1 heure, je penses donc que je peux le résumé à ça : HARDCORE ! Mon dieu, que c’est difficile ! Il faut vraiment avoir les nerfs à vif et la patience pour réussir ! Mais c’est plutôt fun ! J’ai eu du mal à accroché au début, il faut l’avouer.
    Le premier monde ne m’a pas attiré plus que ça : j’ai eu beaucoup d’aliasing pour ma part, je voyais difficilement les combattants;
    ça m’a un peu frainé. Puis est venu le Premier Boss; et déjà, en un fragment de seconde, la difficulté a augmenté direct !
    Vaincu 1 fois, 2 fois, 3 fois, 5 fois, voir une bonne dizaine de fois; nous faisant donc par la même occasion toujours recommencer du
    début… ma patience a eu des limites ^^ Je ne suis pas forcément fan du “Die & Retry” pour ma part, vous l’avez compris. Mais pourtant, j’ai persévéré, et à partir du Deuxième Monde, là, j’ai vraiment pris mon pied. Toujours aussi difficile certes, mais l’originalité des combats, des puzzles, la diversité des ennemis m’ont vraiment plus. Et m’ont donné l’envie d’aller toujours plus loin, jusqu’à ce fameux Cold Iron… Bref, j’attends donc avec impatience les DLC prochains prévu pour ce jeu ! Voici ma note finale, en reprennant vos catégories :

    -> Scénario : 6 / 10 (dommage qu’il n’y’avait pas de traduction, sous titres français. Pour le coup, je ne me suis pas sentit hyper submergé par le scénario. Même si j’ai compris l’essentiel en gros. Mais c’était donc plus un jeu de challenges pour ma part).

    -> Gameplay : 7 / 10 (concept innovant ! duels innovants ! challenges innovants ! Bref, c’était innovant ! et la précision des tirs répondait assez bien. Mais le jeu est tellement Hardcore. Ce côté “Die & Retry” peu en effet en rebuté plus d’un. Un jeu a vraiment mettre dans les mains des joueurs les plus confirmés.)

    -> Graphismes : 4 / 10 (beaucoup d’aliasing pour ma part, autant dans les décors, que pour les ennemis; ce qui ne m’a pas fait apprécié le titre à 100%. Le jeu a peut être été patché depuis, mais en ce qui me concerne, cela a été ma grosse bête noire de Cold Iron.)

    -> Bande Son : 7 / 10 (les musiques sont variées, les styles variant selon les mondes, en allant de la BO de Far West, à des sons plus électroniques, urbains… et elles peuvent rester dans la tête. J’ai plutôt bien accroché. Bon, les commentaires du Cow Boy m’ont gavé à la longue. J’aurais préféré moins l’entendre. Mais ce n’est qu’un avis personnel ^^).

    -> Immersion : 7 / 10 (on se sent bien dans la peau d’un cow-boy, le stress et les gouttes de sueurs bien présent dans chacun des duels. Et cette joie à chaque fois que l’on en reporte un nouveau ! WAOUH ! … même si on ressent surtout, et à 90%, de la colère, de la frustration, de la perte de patience. Que de sentiments néfastes me direz vous.)

    -> Ratio Prix / Durée de Vie : 7 / 10 (pour une 20aine d’euros, ça reste raisonnable. Malgré seulement 4 mondes, la difficulté promet de nombreuses heures de lutte, de jeux, de cris, de lancer de manettes. Et des DLC gratuits devraient sortir, alors le challenge n’est à l’heure actuelle, toujours pas fini !).

    -> Re Jouabilité : 6 / 10 (Le fait de l’avoir terminé une première fois, j’ai encore plus apprécié le refaire une seconde, puis 3éme fois. J’attends les DLC avec impatience. Mais la difficulté, immense, peut également découragé de refaire certains duels. Pour ma part, le premier duel du 4éme monde, qui me fait toujours sortir de mes gonds. Frustrant !)

    -> MA NOTE FINALE : 6,3 (En conclusion : un jeu plutôt sympa, au concept / gameplay novateur, mais réellement pour les joueurs les plus confirmés et les plus persévérants : je n’aurais donc qu’une seule chose à vous dire : TRES BON COURAGE !)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3dRudder sur PlayStation VR VR4player

PlayStation VR : le 3DRudder serait annoncé cette année sur console !

PlayStation VR : Concours, 2 Jeux PSVR Cold Iron à Gagner !