in

PlayStation VR : Mon premier VRai souvenir avec un casque VR par Sei

Alors qu’on pense avoir tout vu, tout connu en jeux vidéo, du haut de nos années passées à tâter du stick, à avoir laissé traîner sur notre passage des milliers et des milliers de cadavres de boss, on se retrouve encore étonné par ce média. C’est pour cela d’ailleurs, je pense, que c’est une passion pour la plupart d’entre nous ; même si nous avons parfois l’impression de tourner en rond avec la désagréable sensation de refaire inlassablement les mêmes choses avec la honte du plaisir coupable (oui c’est de vous que je parle, Mario, Lara Croft, autres Assassin’s Creed et MMO en tout genre), il faut bien reconnaître que parfois nous pouvons nous retrouver sur le cul par une nouvelle technologie, une nouvelle vision des jeux vidéo, en l’occurrence avec un casque de réalité virtuelle.

Il y’a eu le passage de la 2D à la 3D, l’apparition du stick sur les manettes, la mise en avant de la narration, l’avènement du multi et maintenant il y a la réalité virtuelle.

Ma première fois, c’était avec mon meilleur ami, dans sa chambre, sur son tapis :

« Houla Houla, on te voit venir Sei, avec un titre pareil ça va encore finir en histoire salace ». Et bien détrompe toi jeune lecteur à l’esprit mal tourné, il n’en est rien !

Avec mon ami Xavier, Jester pour les intimes, nous avons déjà parcouru ensemble de bien belles expériences ; musicales tout d’abord, humaines et bien entendu vidéo ludiques.

Un jour le téléphone sonne, c’était le 16 septembre 2016, le temps était gris et mon cœur aussi : « Allô, sac à merde ? (oui, il me connait bien) Ramène toi à la maison, j’ai le Vive et ça déchire ». Cette invitation à la découverte de ce nouveau périphérique m’emplit d’exaltation. J’avais suivi les annonces des premiers casques avec intérêt et leurs développements jusque-là. Maintenant qu’il m’était donné l’occasion d’enfin tester cette « révolution », je n’allais pas me faire prier !

Xav me montre son installation : Dans sa piaule les trois capteurs occupent chaque coin, perchés en haut de tubes métalliques fait main mais efficaces. Le casque audio et le casque HTC Vive, qui me semble assez imposant, sont branchés sur son PC par ce qui me parait être une dizaine de câbles… des câbles partout, dans tous les sens. J’avoue être resté circonspect face à cette mise en place qui m’a paru, d’un premier abord, ultra contraignante. Mais comme un nouveau-né de la réalité virtuelle, j’étais aveugle, et bientôt j’allais ouvrir les yeux !

Une fois le casque HTC Vive sur la tête, l’ensemble m’a paru bien inconfortable (et je persiste à croire que le Vive est bien moins confortable qu’un PSVR ou un WMR, je n’ai jamais testé l’Oculus Rift). Et là : LA baffe tout simplement ! J’ai commencé avec The Blue, expérience passive dans les fonds marins sur la proue d’une épave. Des poissons viennent me rendre visite, tournent autour de moi jusqu’à ce qu’une baleine bleue IMMENSE se rapproche de moi et c’est à cette instant que j’ai su que la VR proposait une dimension inédite. Face à ce cétacé je me suis senti petit, je pouvais presque le toucher et ça a été une expérience incroyable pour moi.

Mais j’étais pas venu pour pêcher des sardines, et Xav m’a tout de suite fait enchaîner sur The BrookHeaven Experiment. Dans un tout autre genre j’ai été conquis par l’immersion du titre. Debout au milieu de la pièce, je me suis tout de suite cru dans le jeu. Le room scale me permettait de me déplacer sur quelques mètres, de me retourner pour viser des ennemies qui arrivaient derrière, devant, partout. Dans les zones extérieures, aidé par le ventilateur qui tournait dans la pièce, je sentais le vent passer à travers moi pendant que je faisais tout mon possible pour survivre. A ce moment-là, je peux vous dire que les fils, le Vive ou le casque audio et même la peur du ridicule de gigoter tout seul au milieu d’une pièce devant mon pote hilare, je les avais complètement oubliés. C’était la première fois de ma vie que je ne jouais plus à un jeu vidéo, je VIVAIS le jeu.

« Vas-y, t’as quoi d’autre ? »

« Bah t’aimes bien la plongée toi ? J’ai un mode pour Subnautica qui est en bêta, c’est pas parfait mais ça marche bien déjà »

Et là j’ai découvert la plongée virtuelle avec les déplacements libres. Étant complètement novice en la matière, j’ai ressenti une légère gêne dans le déplacement à 360°. Ajouté à cela quelques saccades du au côté encore expérimental du jeu, j’ai préféré retourner à la surface et enlever le casque quelques minutes, ça faisait un moment que j’étais dessous déjà.

Après ma petite pause j’ai enchaîné toutes sortes de petits shooters ou encore le jeu de rôle médiéval Vanishing Realms qui malgré ses déplacements par téléportation proposait une très bonne immersion, que ce soit pour fouiller des coffre, taper à l’épée sur des goblins et les tirer à l’arc.

Xav m’a enfin fait monter au septième ciel (nan mais virtuellement, arrêtez maintenant) en me plaçant dans la fusée Apollo 11 VR. Cette expérience d’une petite heure m’a achevé tant l’immersion, la portée historique et les sensations étaient incroyables. Je n’avais plus de doute, la réalité virtuelle représentait l’avenir du jeu vidéo, il y aurait un avant et un après, j’y croyais dur comme fer.

Pendant que j’enlevais le casque, j’entendais Xav me demander : «  alors ? Heureux ? ».  J’avais même oublié son existence le temps d’un instant mais en voyant mon sourire hébété, il a tout de suite compris que j’avais complètement mordu à l’hameçon. Ne me restait plus qu’à prendre rendez-vous avec mon banquier pour lui faire comprendre que j’avais besoin de ma dose de VR, que j’avais des priorités dans la vie. Il a refusé.

Heureusement Sony m’a proposé très rapidement une solution bien moins onéreuse et tout aussi satisfaisante. Alors que mon entourage me regardais avec dédain chercher mon casque PSVR (je parle de toi Spanks aussi ^^) j’ai pu, à mon tour, prouver à tout le monde que la réalité virtuelle n’était pas qu’un gadget sans intérêt. Je faisais enfin parti de ce virus qui continue de se propager doucement mais surement dans le cœur des joueurs.

Alors je voulais te remercier tout particulièrement Xav. Tu m’as prouvé à l’époque que finir FF7 à 100% était plus important que réussir ma scolarité ; que je pourrais me trouver une copine moi aussi même si je jouais que de la basse ; que non, il n’y pas de honte à vouloir se prendre pour Eric Draven le temps d’une séance photo ; et enfin que la réalité virtuelle allait me faire reconsidérer ma vision du jeu vidéo. Pour (presque) tout ça tu avais raison. Alors merci à toi mon ami et vive la réalité virtuelle ! Je te paye un coup Autour d’un VR quand tu veux 😉

Article de Sei

Ça fait plus de 25 ans que j'ai découvert les jeux vidéo. Je n'arrive toujours pas à décrocher et c'est pas la Réalité Virtuelle qui va arranger les choses 😉

Commentaires

Votre avis sur cet article ?

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A Fisherman's Tale PlayStation VR, PSVR,VR4Player

PlayStation VR : A Fisherman’s Tale, InnerSpace sur le lancement PSVR !

Les jeux PSVR les plus téléchargés de 2018 - vr4player.fr

PlayStation VR : les jeux PSVR les plus téléchargés en 2018