PlayStation VR : UBISOFT, les jeux vidéos et la VR made in France

PlayStation VR : UBISOFT, les jeux vidéos et la VR made in France

10 février 2018 3 Par Cyril Thevenot
UBISOFT

La promotion récente du jeu PlayStation VR Star Trek Bridge Crew (Maj : à noter que l’extension Next Generation est sortie le 22 mai 2018) dans une célèbre enseigne française distributrice de jeux vidéo mais aussi sa jouabilité disponible désormais en mode VR ou non à remis au premier plan UBISOFT dans l’univers de la VR. Quelles sont les ambitions et la vision d’UBISOFT pour la VR ?

Un peu d’Histoire ne fait jamais de mal !

UBISOFT est le grand champion français de l’industrie du jeu-vidéo. Spécialisé dans le développement, l’édition et la distribution de jeux vidéo, le parcours de l’entreprise familiale n’a pas était pour autant un long fleuve tranquille pour devenir le 1ER éditeur européen et l’un des tous premier mondiaux. Ce parcours est du reste toujours houleux avec l’entrée dans le capital du groupe de certains actionnaires (la donne a changé depuis quelques temps, Ubisoft ayant recouvré son indépendance).

Dans les années 80, l’entreprise familiale alors tournée vers l’agro agriculture et détenue par les cinq frères Guillemots (Claude, Michel, Yves, Gérard et Christian), se diversifie alors vers des secteurs, plus technologiques (l’informatique commençait son entrée dans les foyers avec des machines comme l’AMIGA  500 et l’ATARI ST). Lors d’un voyage en Angleterre, ils constatent que les jeux-vidéo sont moins chers de ce côté-ci de la manche. Guillemot International est ainsi crée, l’aventure commençait pour ne plus s’arrêter.

Depuis, UBISOFT fait office de précurseur dans de nombreux domaines, la société touche à tout, elle est incubatrice de talents, à la recherche permanente de différentes approches du jeu en ouvrant dans le monde entier plusieurs studios (Chine, Canada, Brésil, Ukraine……), signe des accords avec des studios hollywoodiens pour l’obtention de droits quant à la transposition des licences en jeux vidéo. Bien que grossissante (acquisition de studios) la société UBISOFT n’a jamais dévié de sa logique : garder l’esprit famille, s’ouvrir à de nouveaux marchés, être devantrice, novatrice.

Olivier Dauba, VP Editorial chez UBISOFT nous en dit plus !

UBISOFT

Ainsi, sur ces valeurs, UBISOFT bâtît jour après jour son avenir dans le jeu-vidéo et dans la réalité virtuelle. UBISOFT s’est rapidement intéressée avec sérieux, à la VR comme nouvelle technologie dans l’approche du jeu comme nous l’indique Olivier Dauba VP Editorial chez UBISOFT lors d’une interview réalisée par nos soins.

” Oui nous y croyons. D’un point de vue technologique, on ne peut le nier, on peut créer des expériences extraordinaires en VR. A nous de faire des produits pertinents par rapport à la taille du marché, et avec des interfaces qui fonctionnent pour un maximum de joueurs.”

UBISOFT

Mais même si la société est ” aventureuse ” elle n’en reste pas moins à la recherche de débouchés, de niches de marchés où elle pourra s’ancrer définitivement comme leader. Elle s’est ainsi engagée sur toutes les plateformes VR dites ” haut de gamme ” Sony PlayStation VR, HTC Vive, Oculus RIFT.

” Nous avons commencé à développer sur ces plateformes tôt, nous permettant d’apprendre mais également de développer quelques formules de jeu hyper intéressantes, et de former des talents de très grande qualité dont certains continuent de développer en VR, comme l’équipe d’Eagle Flight dont certains développeurs travaillent sur Transference.”

UBISOFT
UBISOFT

UBISOFT s’est effectivement très tôt penchée sur la VR, c’est d’ailleurs le premier des majors de l’industrie à s’engager dans cette technologie. Eagle Flight, Trackmania, Star Trek Bridge Crew, Werewolves within sont là pour le rappeler. Capcom avec Resident Evil 7 leur a emboîté le pas tout comme Bethesda et Cryteck. Les jeux UBISOFT ont d’ailleurs la particularité d’être ouverts à toutes les plateformes et jouables en crossplay afin de satisfaire au mieux leurs joueurs.

” Le crossplay effectivement permet à tous les utilisateurs de jouer ensemble, ce qui est un vrai plus en terme de matchmaking pour les joueurs. Il est plus facile pour eux ou elles de trouver des partenaires, peu importe leur casque ou plateforme.” 

Cette décision a pour but également même si les coûts de création sont moindres que ceux d’un jeu ” classique ” d’amortir ceux-ci en s’ouvrant sur un marché le plus large possible.

” Nous sommes sur des budgets nettement plus réduits que sur des AAA comme The Division ou Ghost Recon, ce sont des équipes plus réduites et des durées de développement plus courtes. “

Mais Bien que les budgets soient réduis par rapport à des jeux AAA et que la rentabilité soit recherchée, UBISOFT ne souhaite pas sacrifier pour autant la qualité. Atteindre des volumes de ventes nécessaires oui, mais pas que.

” Là aussi c’est en directe corrélation avec les budgets, sur des volumes beaucoup plus réduits que les AAA. Ce qu’on constate avec nos jeux, c’est que la qualité est au rendez-vous et entraîne un bouche à oreille positif ainsi les sessions de jeux sont longues mais les jeux continuent de bien se vendre sur la durée.” 

Rappelez-vous que le marché de la VR a réellement commencé à prendre son envol durant le deuxième semestre 2017 avec l’accélération des ventes de casques pour atteindre aujourd’hui plus de 4 millions d’unités toutes plateformes confondues.

” Nous sommes sur un marché nettement plus réduit que le jeu traditionnel à l’heure actuelle, les ventes de software reflètent les ventes de hardware. Le PSVR reste une plateforme très performante, l’offre de Sony de par son prix et le simple besoin d’avoir une PS4 a su séduire une population plus large que sur le marché PC. Nous avons également de très bons indicateurs sur le temps que les utilisateurs passent dans nos jeux VR, les sessions sont longues, et les gens y prennent du fun.” 

Des jeux VR  AAA c’est possible mais il faut que …………..

The Division
The Division
Ghost Recon Wildlands

Avec l’implication d’UBISOFT dans la VR et de son savoir-faire en la matière de jeux-vidéo, la tentation est grande d’espérer voir sortir dans un avenir plus ou moins proche des titres VR se rapprochant des jeux ” classiques ” que l’on retrouve sur PS4 (The Division ; Ghost Recon ; Rayman Legend….)

” Nous avons de belles franchises que les joueurs adorent, et effectivement ils aimeraient les trouver sur d’autres supports. Nous avons fait des tests en interne sur certaines d’entre elles pour « voir », pour comprendre ce qui marche plus ou moins bien quand on porte tel univers ou type de contrôle en VR, ce que cela nous demanderait comme changement et essayer d’évaluer les efforts que cela exigerait. Par certains aspects, c’est vraiment extraordinaire. Quand j’ai vu les décors d’un de nos gros récent AAA en VR, comment on apprécie mieux les personnages et les animations, j’ai été bluffé, c’est tellement plus extraordinaire que sur un écran de télé, on est dedans dans la rue, avec les personnages du jeu. Cependant, développer un jeu en VR nécessite un travail et un design pensé pour fonctionner en VR, il ne suffit pas d’adapter le jeu pour qu’il fonctionne avec un casque et cela représente un travail considérable. Nous allons donc continuer à voir ce qu’il est possible de faire tout en gardant à l’esprit que le principal est de créer des expériences qui apportent un vrai plus en VR.” 

UBISOFT
UBISOFT

Comprenons par là que pour l’instant et aux vues des capacités techniques des casques actuels (PSVR, VIVE et RIFT) mais également de la taille du parc de casques VR, le groupe UBISOFT bien que tenté par la VR, se contentera de se faire ” la main “, d’explorer le champ des possibles, bref d’engranger le maximum d’expérience VR pour être prêt à frapper un grand coup le jour où le marché VR sera mature.

Bien que partiellement solutionné ces derniers temps avec l’arrivée de Bethesda et de son jeu Skyrim VR, le point de discorde entre des joueurs qui attendent des gros jeux AAA en VR pour investir dans un PSVR ou un autre casque et des studios qui eux attendent que le parc de PSVR et de casques VR soit plus important pour passer à l’œuvre, ne semble pas prêt d’être définitivement enterré. Sauf si le marché VR ” explose “.

” Les fabricants de hardware en soutenant des productions de qualité contribueront à faire décoller le marché. Cet investissement dans des productions de qualité, couplé à des baisses de prix (liée à la baisse des coûts de fabrication), contribuera à stimuler ce marché.”

UBISOFT
UBISOFT

Pages : 1 2