PlayStation VR : Le PSVR plus vendeur que les exclusivités pour la PS4

PlayStation VR : Le PSVR plus vendeur que les exclusivités pour la PS4

5 janvier 2018 2 Par Cyril Thevenot

PlayStation VR entrerait de plus en plus dans l’inconscient collectif pour l’achat d’une PS4 mais également chez les sphères de Sony. Une bonne nouvelle pour la VR et pour les possesseurs du PSVR.

PlayStation VR analyste

Selon le directeur de recherche d’IDC, Lewis Ward, le PlayStation VR serait en train de supplanter la notion “d’exclusivité” comme vecteur d’achat d’une console PS4. Sony et ses concurrents usent de ce procédé depuis des lustres. Celui-ci permet de conserver une place de leader du marché en attirant les joueurs impatients à soi. Car économies obligent ce ne sont plus de réelles exclusivités même s’il en existe encore quelques-unes (GT-Sport, Forza Motorsport 7….), ce sont des accords de co-branding pour un laps de temps déterminé. Call of Duty, Destiny, sont par exemle tous des jeux exclusifs de co-branding, et de marketing avec PlayStation, conduisant inconsciemment l’association entre eux et la PS4. En gros, “si tu veux y jouer de suite, viens chez nous”.

Call of Duty WWII sur PS4 et PS4 Pro
Destiny en VR lancerait-il la VR
PlayStation VR analyste

Pour l’analyste Lewis Ward, là où le PlayStation VR intervient, c’est que selon lui, ces exclusivités ne seraient plus le principal vecteur d’achat d’une PS4 mais bien le PSVR car les joueurs ne s’y trompent plus :

“This is a way of using the word “exclusive” without having to actually pony up all the dough to get a full exclusive game. I think most players see through this, and I don’t think it’s a big factor in platform buying decisions.”

“C’est une façon d’utiliser le mot ” exclusif “sans avoir à gratter tout l’argent pour obtenir un jeu totalement exclusif, je pense que la plupart des joueurs le reconnaissent et je ne pense pas que ce soit un facteur important dans les décisions d’achat d’une plateforme.”

Le PlayStation VR serait donc plus important que des titres exclusifs comme Horizon: Zero Dawn pour ne citer que ce jeu. Sony supporterait d’ailleurs son produit PSVR à «fond», il ne devrait pas renoncer à sa division PSVR comme il a pu le faire par le passé avec les PlayStation move. Le PSVR ne sera non seulement pas abandonné par Sony mais il deviendra à terme (plus ou moins long) une plateforme à part entière selon Lewis Ward :

“It’ll be a slow burn…I really want to play Doom in VR just to see if it’s great – or has me puking in the first hour. I think it’ll be a few years before PS VR hits a 10% attach rate to PS4 consoles in North America, but I think this tech will get better in rev 2 and the content will get better and more varied, and so Sony will stick with it through the end of the PS4 lifecycle at least.”

“Ça va être un processus furtif, Je veux vraiment jouer à Doom en VR juste pour voir si c’est génial ou si ça me fait vomir dans la première heure. Je pense que ça va prendre quelques années avant que le PS VR atteigne un taux de connexion de 10% sur les consoles PS4 en Amérique du Nord, mais je pense que cette technologie va s’améliorer en rev 2 et le contenu s’améliorera et Sony le respectera jusqu’à la fin du cycle de vie de la PS4 au moins.”

Conclusion :

En conclusion je ne saurais être que trop d’accord avec les propos de Lewis Ward car Sony depuis le dernier trimestre 2017 est allé crescendo dans sa communication autour du PSVR (campagne publicitaire, conférences, opérations black Friday agressives….), les ventes s’en sont d’ailleurs ressenties puisque plus de 2 millions de casques ont été écoulés en un an d’existence. L’arrivée de jeux AAA comme Resident Evil 7, Skyrim VR montrent qu’il est possible que ces jeux existent sur PSVR, qu’ils soient de qualité et plébiscités par les consommateurs. La VR est le PSVR ont de beaux jours devant eux, les améliorations techniques (résolutions, sticks….) leur feront rapidement passer un cap. Si tout le monde s’y met, nous pourrions rapidement nous retrouver dans un cercle vertueux.