PlayStation VR : PlayStation Party, PGW, VR4player, une histoire d’amour

PlayStation VR : PlayStation Party, PGW, VR4player, une histoire d’amour

26 octobre 2018 3 Par Cyril Thevenot
La PGW 2018 dévoile son Line-up PSVR - vr4player.fr

Cette année comme l’an passé, VR4player.fr était présent à la PlayStation Party organisée par Sony lors de la Paris Games Week (PGW). Cette année encore, nous étions conviés à la soirée d’avant-première et d’inauguration du Stand PlayStation chapeautée par Sony, la fameuse PlayStation Party. Nous ne vous cacherons pas que c’est la soirée où il faut être si l’on veut avoir la paix pour essayer les démos jouables et plus précisément celles sur PlayStation VR (PSVR). Et cette année encore, nous étions les premiers à les essayer !

Tout commence sur le parvis du Paris Expo Porte de Versailles. Une queue commence à se faire de plus en plus dense au fur et à mesure que 19 heures approchent. C’est une soirée d’avant-première pour la PGW mais on se rend vite compte qu’il y aura du monde : les gens se tassent, brandissent leurs badges ou leurs invitations mais les portiers restent inflexibles et seuls passent les exposants, les autres ce ne sera qu’à 19 heures, pas avant. Quelques resquilleurs tentent leurs chances mais se font refouler (du moins c’est ce que nous espérons tous). 19 heures sonnent et du mouvement commence à se faire sentir, aaah enfin ! Une fois le badge scanné et une rapide mesure de sécurité effectuée, nous sommes enfin dans l’antre du plus grand salon du jeu vidéo français : la PGW.

Mais pas de temps à perdre, il faut foncer sur le stand Sony, montrer patte blanche pour avoir le droit de porter le joli bracelet argenté servant de sésame pour la PlayStation Party. Enfin dans la place, la soirée débute. Rapide tour du propriétaire, histoire de prendre la température de cette PlayStation Party : certains commencent déjà à se masser vers les spots de restauration qui sont proposés pour agrémenter cette PlayStation Party. Pas le temps de traîner, le pit stop collation s’imposera plus tard, nous sommes là pour le PlayStation VR afin de vous offrir nos impressions toutes fraîches sur les démos disponibles. Sur le stand PlayStation VR, les stewards préparent encore leurs matériels ou jouent aux démos pour en savoir plus sur le jeu pour lequel ils vont devoir renseigner ceux qui viendront l’essayer. On n’a pas fait des centaines de kilomètres pour chômer, pas de temps à perdre : ” Excusez-moi, il est possible d’essayer le PSVR ? “. Le trouble s’installe dans le regard de la jeune demoiselle à qui j’ai posé la question, elle ne sait que répondre et va demander à son supérieur. Feu vert. Et c’est ainsi que nous fûmes les premiers à essayer le stand PlayStation VR durant cette PlayStation Party édition PGW 2018 !

Que la fête commence à la PlayStation Party de la PGW 2018

Pour cette soirée PlayStation Party mais également pour toute la durée de la PGW, le stand PlayStation VR se compose de 10 postes répartis en deux rangées de 5 postes chacune. Les jeux exposés sont : Blood and Truth, Ace Combat 7, TETRIS Effect, Déraciné, Astro Bot, Squishies, Beat Saber, Kill X (Tetris et Astro Bot sont doublés).

ACE Combat 7 PSVR vr4player.fr

Ace Combat 7 : Skies Unknown

Comme l’an passé, Ace Combat 7 était disponible en démo jouable. Et comme l’an passé lors de la PlayStation Party nous nous y sommes essayés. Vous connaissez mon intérêt pour l’aviation, je vous en ai régulièrement parlé ; j’ai donc sauté sur l’occasion afin d’essayer la dernière version d’AC7 présentée lors du dernier Tokyo Game Show. Lancement du jeu, nous arrivons dans le hangar gigantesque abritant votre F18 et juste à coté un F16, quelques membres du personnel s’affairent à diverses taches. Premières impressions dans le casque : c’est pas mal du tout. Rapides explications de la situation que l’on fait rapidement défiler en appuyant sur X, vite vite le dog fight, je veux du dogfight ! La cinématique se lance, vous sortez du hangar et suivez votre leader sur la piste de décollage. Jusque là rien d’anormal sauf que votre base et sous le feu d’une attaque menée par la chasse ennemie. Dehors c’est la guerre, la vraie, une attaque sauvage ravage votre base, les batteries anti-aériennes font feu de tout bois avec un certain succès, on assiste même à un crash d’un chasseur ennemi mais les hostiles sont nombreux et débordent les défenses terrestres. Des B52 de votre base sont pris sous le feu lors de leur phase d’atterrissage, c’est un carnage, on assiste à un massacre sans rien pouvoir faire hormis regarder comme un spectateur devant un film catastrophe. Graphiquement on est un cran en dessous : les avions au loin pixélisent et les passages rapides des chasseurs montrent un avion comme dédoublé. C’est dommage mais il est fort probable que cela provienne du matériel. Ce sont des casques V1 à l’essai qui ont certainement déjà du servir et ne pas être ménagés lors de leurs précédents services. Pour exemple, ma DualShock4 n’avait même pas été rechargée ! Et que dire du réglage de la PlayStation caméra … Enfin, je pousse les gaz en appuyant sur la touche R2 pour prendre de la vitesse et atteindre la vitesse minimale pour faire un décollage d’urgence. Excellente sensation de vitesse ressentie : nous sommes bien en train de voler, les sensations sont là, un haut le cœur accompagne mon ascension, sensation de ne plus avoir le sol sous mes pieds ; je crève le plafond et m’enfonce dans la couche nuageuse, de la pluie perle sur la verrière ; fini ce sentiment d’un jeu graphiquement « raté », je redescends vers le plancher des vaches, les couleurs sont belles, le relief est bien représenté, il y a du détail, mon cockpit est complet et parfaitement réalisé. Je me suis même surpris à buger sur la patine d’une commande de vol. Mais trêve de rêverie, la chasse n’attend pas, sus à l’ennemi ! Je cherche les hostiles du regard, le pointeur m’indique la direction. Je fonce et me dirige vers eux, le combat s’engage, rafale de canon, raté …, nous partons dans un combat tournoyant, je vis pour de vrai le grand cirque. Comme dans Top Gun, je me retourne dans tous les sens pour ne pas perdre le visuel avec mon ennemi. Je n’avais jamais vécu cela avec un simulateur de vol aussi arcade soit-il. C’est un régal ! Je me place dans ses six heures, il est locké, j’envoie deux missiles (on sait jamais), Bam shooté, j’enchaîne les targets non sans mal, l’ennemi est coriace. Mais à la fin, c’est VR4player qui gagne ^^. Fin de ma mission, je dois céder mon siège. Quel dommage, j’y serais bien resté moi à faire encore des acrobaties aériennes.

Verdict : Bandaï Namco tient là un jeu de dingue sur PlayStation VR c’est certain mais il est dingue si cela reste en l’état et qu’AC7 ne comporte pas plus d’une heure de jeu en VR répartie sur 5 missions dont 2 qui ne sont que du mode spectateur (meeting aérien et showroom du hangar). Le jeu fera mouche lors de cette PGW. Il est également à l’essai en VR sur le stand Thrustmaster.

Blood and Truth PGW, PlayStation Party

Blood and Truth :

Le stand est encore vide. Nous poursuivons nos expériences. Place à Blood and Truth ! Depuis qu’on en parle de ce jeu, mettre la main dessus va faire du bien, de voir ce qu’il a dans le ventre et de lever ou confirmer certains doutes.

Pour se chauffer, nous commençons par le tutoriel, très très épuré mais très explicite… Il est à préciser que tout est en anglais mais que des dessins nous montrent ce que l’on doit faire. Le tutoriel fait, on se lance dans la démo. Nous faisons face à un milieu urbain et graphiquement il n’y a rien à redire, les décors sont détaillés, c’est propre, le panel des couleurs est excellent. Pour le gameplay en revanche il y a du bon et du mauvais selon moi. Blood and Truth se joue aux PS Move et par conséquent je vous laisse deviner les inconvénients qui vont en découler. Deux mains, de multiples possibilités. Vous pouvez faire passer votre arme de poing d’une main à l’autre ce qui est une excellente chose selon notre main forte et suivant notre position derrière une protection balistique. Nous pouvons également prendre notre arme à deux mains pour une meilleure visée. Recharger son arme ne se fait pas comme dans certains jeux en appuyant sur une touche ou en secouant son arme : ici, il faut récupérer avec une de ses mains un chargeur positionné sur votre poitrine et mimer son introduction dans le puit de chargeur. Excellent ! D’autres armes sont disponibles comme un fusil mitrailleur à la cadence infernale. Même procédé pour son rechargement. Si votre arme de poing se range dans un de vos étuis (hanche droite ou gauche), le fusil mitrailleur quant à lui vient se placer dans votre dos, un peu à la Rambo (ou Killing Floor Incursion). Une main libre pourra également renvoyer une grenade ennemie par exemple. Nous pouvons également avoir une arme dans chaque main mais quizz après pour le rechargement. Les ennemis ne semblent pas si idiots mais ils parlent trop en revanche : une vraie bande de Chicanos vénères. Des bidons ou bouteilles de gaz à faire exploser peuvent également vous apporter une aide conséquente et débloquer une situation compromise.

Passons au gros point qui fâche. Tout le monde à la sortie de Bravo Team s’est écrié au scandale. Et bien sachez que les déplacements sont du même registre. Une flèche apparaît vous disant d’aller là et pas ailleurs. Pour se faire, on appuie sur la touche Move et nous nous déplaçons non quand même pas comme dans Bravo Team à la troisième personne, mais la mécanique reste la même, bientôt un an après. Quel regret, vraiment … Les sensations sont pourtant bonnes, le jeu est propre mais pour le coup j’ai plus l’impression d’être dans un bon jeu d’arcade style Time Crisis. Le choix des PS Move se paye en effet cash. Vous l’avez compris, le jeu est très dirigé. Autre point, ma partie a été carrément ruinée par la reconnaissance des PS Move plus que capricieuse. Se retrouver sous le feu ennemi avec son arme qui part complètement en sucette au-dessus de sa tête, ça fait vraiment ch… Là encore, le jeu n’est pas à incriminer, le poste n’est pas préparé de manière optimale niveau réglages. Quel dommage de ne pas soigner ces simples détails qui vont déplaire et emplir de préjugés les néophytes du PSVR qui vont s’y essayer en masse. Que vont-ils dire du PSVR :… ” C’EST DE LA MERDE “.

Verdict : Ce jeu a un potentiel terrible, je suis curieux de voir la suite et ce qui fait que la linéarité certaine de la démo est rompue. Ce jeu avec d’autres contrôleurs donnerait quoi ?

TETRIS Effect

TETRIS Effect :

Tiens, TETRIS Effect, essayons-le pour se faire définitivement un avis sur ce titre qui a soulevé bien de la colère chez certains et ce sans retenue lors de son annonce à l’E3 ! Un Tetris en VR alors, ça donne quoi ? Et bien ça donne tout simplement un Tetris 2D dans un casque VR. Aller j’exagère un peu mais c’est vrai, on joue au Tetris en 2D, le tout agencé dans un décorum en 3D. Le jeu se joue à la Dualshock, ceux qui connaissent Tetris ne seront pas surpris, la mécanique reste la même. Les effets visuels sont du plus bel effet et les ambiances sonores fantastiques, c’est là que le paquet a été mis. Une fois concentré sur sa grille, nous faisons un peu abstraction des effets 3D.

Verdict : TETRIS EFFECT sera un bon jeu, mais il faut reconnaître que dans la démo dumoins, la VR n’est que très peu exploitée. Je m’attendais à mieux, heureusement que la PlayStation Party nous a permis d’y jouer sans faire la queue.

Immortal Legacy

Kill X :

Kill X à la PGW ? Je l’avais oublié celui-là. Kill X est un FPS jouable avec les PlayStation Move (aïe). La démo lancée, nous faisons face à ce qui est un tutoriel et qui sera votre mise en situation, votre démo. Nous sommes dans ce qui semble être une ruine de temple aztèque en pleine jungle d’Amérique centrale. Nous progressons dans celle-ci, à ciel ouvert. L’ambiance est très bonne : pluie, orage, tonnerre, tout y est. Graphiquement, il n’a pas à rougir de productions plus en vue. Mais parlons de cette jouabilité avec nos fameux PS Move. Toujours la même rengaine malheureusement, et c’est encore un gros dommage. Pour avancer, j’appuie sur la touche Move. Si j’appuie sur les deux en même temps, je coure. Pour tourner ma tête à droite, je dois appuyer sur la touche triangle de mon Move de droite. Pour tourner celle-ci vers la gauche, la touche carré du Move de gauche. Pour ranger une arme ou un objet, la touche triangle du Move de gauche ou carré du Move de droite. Pour recharger, il suffit de secouer son arme. Il est à noter que l’orientation du casque influence quelque peu le déplacement de votre personnage sans toutefois le révolutionner. Le gameplay est tout de même assez bien pensé mais il demandera quand même une bonne gymnastique pour ne pas s’emmêler les pinceaux. Car une fois que nous sommes sous le feu de l’ennemi, on prend naturellement l’eau. La gestion des grenades est très bonne et sympa. Ah oui j’allais oublier : les ennemis étaient de bons vieux guérilleros qui vous en veulent vraiment. On se demande vraiment qu’est ce que font tous ces mecs ici…

Verdict : Kill X risque d’être une bonne surprise sur PSVR !

Squishies, PlayStation VR PSVR

Squishies :

Nous vous parlions dernièrement de Squishies, ce jeu sorti un peu de nulle part et qu’on retrouve propulsé en démo jouable à la PGW. Alors, quoi de mieux que de l’essayer durant cette PlayStation Party ?

Squishies est un God Game, un peu à la manière de Tethered. Teinté de puzzles, il vous demandera de la dextérité et beaucoup de concentration. Vous faîtes face à votre plateau sur lequel un univers est représenté. C’est coloré, très joueur, c’est très frais. Ce plateau, vous pouvez l’attraper au moyen de vos PS Move et le déplacer à droite, à gauche, l’avancer, le reculer et même le tourner à 360 degrés. Vous pouvez aussi zoomer sur l’univers que vous contemplez, ce qui vous sera fort utile. Lorsque vous appuyez sur les gâchettes de vos Moves, un souffle d’air s’en échappe. Quoi, pas de bastos ?

Toute cette palette de gameplay va vous servir à faire avancer de petites bestioles colorées, ressemblant à…, à quoi en fait ? Des furbies ? Des gouttes d’eau ? Des piranhas ? En tous les cas, elles sont légères car elles se déplacent d’un simple soufflet d’air. Dès lors un périple vous attend car ces petites bestioles, vous allez devoir les emmener d’un point A à un point B, et nombreux sont les pièges à même de vous faire recommencer le parcours du combattant. Il va falloir gérer vos souffles d’air.

Verdict : Squishies est honnêtement une très bonne surprise, c’est très frais et je me suis vraiment plu à y jouer. Alors certes il ne sera pas au goût de tout le monde, le genre devant plaire, mais nous tenons là un véritable bon titre sur PSVR.

Beat Saber PGW, PlayStation Party

Beat Saber :

Aaaaah le bankable Beat Saber est enfin passé entre nos sabres ! Deux PS Move, deux mains, un corps, le rythme dans la peau et c’est parti pour le show ! Dans Beat Saber, rien de plus simple : il vous faut bien lire l’information inscrite sur le bloc venant vers vous. Sa couleur rouge ou bleue correspond à celle d’un de vos sabres et devra donc être traitée par le sabre correspondant. L’inscription, une flèche ou un rond, vous dira le geste à effectuer : une flèche pointant vers le bas vous imposera de faire le mouvement du haut vers le bas. Une flèche pointant à droite vous demandera de donner un coup de sabre de gauche à droite. Un rond vous demandera de pointer comme en escrime où l’on porte l’estocade. Votre corps est mis de surcroît à contribution car des obstacles vous feront face et pour les éviter il faudra se pencher. Cet enchaînement de combinaisons se fait dans une ambiance sonore et visuelle rythmée. C’est simple, on se laisse vraiment envoûter et porter par la musique, c’est vraiment top. La détection des Moves m’a par moment posé soucis mais là encore le réglage du poste n’était pas optimal.

Verdict : Beat Saber rencontrera sur PSVR le même succès qu’il a connu dans sa version PC, c’est indéniable. Le jeu est accessible à tous et est vraiment fun. Il rythmera sans aucun doute cette PGW.

Conclusion de cette PlayStation Party édition PGW 2018 :

De cette soirée PlayStation Party de la PGW 2018, que pouvons-nous en retenir ?

La bière et les petits fours étaient bons. Nooon je rigole, bon je vous cache pas que je me suis collationné et qu’il a fallu que j’étanche ma soif. Merci donc à Sony de nous avoir invité à cette PlayStation Party édition PGW 2018.

Mais pour en revenir à cette cuvée 2018, je dirais que le succès autour du PlayStation VR est grandissant et indéniable. Certes qui dit soirée spéciale dit peu de monde mais force est de constater que de nombreuses personnes de tous âges se sont essayés aux différentes démos proposées sur les dix postes disponibles. C’est de bonne augure pour son devenir. Nous nous sommes essayés également à Dreams qui lui n’était pas disponible en version VR alors que le logo PS VR apparait lors de la sélection du jeu. Nous n’avons effleuré qu’une infime partie des possibilités que le jeu peut offrir, mais ça promet du bon temps, c’est certain.

Pour en revenir à la VR et conclure sur celle-ci, le choix des jeux en démos pour cette PGW permettra de toucher un public varié, tout le monde y trouvera son compte si tenté que les personnes puissent choisir leur titre. Cependant comme l’an passé, la mauvaise préparation des postes risque de porter préjudice car il très irritant de voir sa partie gâchée par des problèmes de reconnaissance des PS Move. Que diront les personnes qui subiront ces désagréments après avoir fait une queue interminable et sans doute pas joué au jeu qu’elles souhaitaient ?