PlayStation VR : Eve Valkyrie Warzone – Le test Review

PlayStation VR : Eve Valkyrie Warzone – Le test Review

30 novembre 2017 1 Par Marc Spiquel
Eve Valkyrie sur PlayStation VR

Eve Valkyrie Warzone est un shooter spatial principalement axé sur le jeu multijoueur en ligne, développé par le studio finlandais CCP Games, auquel on doit aussi Gunjack et Sparc sur Playstation VR

Sorti dès l’arrivée du casque de Sony en novembre 2016, le jeu fait partie des titres qui ont chez nombre de joueurs provoqué l’achat du PSVR. Depuis sa sortie, le jeu a connu plusieurs mises-à-jour dont l’une, majeure, sous le nom de Warzone le 26 septembre 2017. La maturité du titre nous donne l’occasion de faire le bilan du contenu global de Eve Valkyrie tel qu’il est proposé aujourd’hui.

 

Eve Valkyrie sur PlayStation VR

L’interface de Eve Valkyrie Warzone

Les menus, que l’on consulte assis confortablement dans un siège au milieu d’une base spatiale est agréable et aérien. On navigue entre les modes de jeu très facilement et il nous est donné de personnaliser la tenue du pilote ainsi que ses vaisseaux en les sélectionnant du regard.

Les menus sont en Français mais les voix off sont en Anglais uniquement et sous-titrées en Français, ce qui n’est pas très gênant. Cela peut l’être davantage lors des phases de vols durant lesquelles il n’est pas aisé de lire les sous-titres. Ceci dit, même pour les non anglophones, il y a peu de risque de rater un élément clé dans la compréhension des missions car il s’agit principalement de nous situer brièvement dans l’action.

La personnalisation des vaisseaux passe par l’acquisition des points d’expérience, voire l’achat de points d’expérience, mais nous allons y revenir.

 

Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR

Le gameplay :

Le gameplay est simple mais renversant. Nous sommes aux commandes de vaisseaux que nous pilotons dans différentes zones de l’espace.

On accélère avec la touche croix, on freine avec la touche rond, on tire avec R2 pour l’arme principale et L2 pour l’arme secondaire, les autres touches étant réservées à des actions spécifiques du vaisseau.

Mention spéciale aux touches L1 et R1 qui permettent de gérer le roulis dans un sens ou dans l’autre de son vaisseau pour un effet saisissant. Les commandes par défaut sont bien calibrées, mais il est aussi possible d’en modifier le paramétrage.

Les joueurs sensibles au motion sickness peuvent être gênés par ce type d’expérience, surtout s’ils n’y sont pas habitués. Dans Eve valkyrie, on perd tout rapport avec le sol, puisqu’il n’y en a pas. On vole entre les stations spatiales, les météores et divers éléments spatiaux tous en apesanteur avec parfois une planète comme point de repère.

Le pilotage est facile d’accès mais s’avèrera vite périlleux une fois plongé au cœur de l’action pour éviter les missiles ennemis tout en visant rapidement les vaisseaux à éliminer. Les vaisseaux de base qui nous sont proposés, au nombre de 13, sont répartis en 4 catégories (assaut, lourd, soutien et opérations secrètes) et si chacun d’entre eux offrent des sensations de pilotages assez proches, l’armement embarqué, ainsi que le rendu du visuel, y compris vu de l’intérieur, est propre à chacun d’entre eux.

Quant à la sensation de vitesse, elle est toujours difficile à faire ressentir dans les jeux spatiaux compte tenu du fait que la plupart des éléments sont lointains, comparativement à ce que l’on ressentirait au volant d’un véhicule au ras du sol par exemple. Il faut reconnaitre qu’ici, il y a suffisamment d’éléments de décor de proximité pour que le ressenti de la poussée soit correct. Dans le couloir de propulsion dans lequel commence tout mission, elle est même très présente.

 

Eve Valkyrie sur PlayStation VR

Le scénario et les modes de jeu :

Le scénario n’est pas la caractéristique première de Eve Valkyrie. Nous avons affaire d’une part à un mode de jeu solo qui se compose de phases d’entrainements pas lesquelles il est recommandé de passer pour se familiariser avec les commandes du pilotage et les actions de tir.

Le mode solo contient aussi trois autres mode de jeu. Le premier mode contient un semblant de scénario puisqu’il nous propose de vivre des campagnes historiques. Le deuxième se limite à des campagnes de tirs consistant à repousser des vagues ennemies.

La troisième consiste en des missions d’explorations libres dans lesquelles le joueur doit trouver certains items plus ou moins cachés, ce qui peut s’avérer pratique pour s’entraîner au pilotage sans pression et essayer les différents engins mis à notre disposition.

En réalité, le jeu solo  est surtout utile pour se préparer à la principale raison d’être de Eve Valkyrie: le jeu en ligne dans lequel les pilotes peuvent s’affronter par équipes, 5 contre 5, contre des amis ou des joueurs inconnus. Il s’agit alors de combats acharnés dont certains nous demandent de défendre des positions et de prendre possession de certains objectifs en évitant le feu nourri des ennemis.

Le jeu en ligne rencontre du succès et il y a généralement peu d’attente avant le début d’une partie, ce qui est appréciable plusieurs mois après la sortie du jeu. Notons au passage que Eve Valkyrie peut être joué, depuis cette version Warzone, aussi bien avec et sans casque VR, le titre est cross-plateforme. On peut se confronter aussi bien aux joueurs sur PC ou PS4 (non VR), qu’aux joueurs VR sur HTC Vive ou Oculus Rift.

Mais compte tenu de la présence de joueurs parfois très expérimentés aux commandes, je recommande vraiment un entraînement dans le mode solo avant de se lancer dans le mode multijoueurs en ligne.

 

Des micro-transactions pas indispensables

Les vaisseaux peuvent été améliorés, à la fois visuellement (peinture, logos) mais surtout en termes de caractéristiques techniques (accélération, bouclier, etc…) et cela est presque incontournable pour être compétitif en ligne.

Les améliorations se financent à l’aide de points qui nous sont crédités à la fin de chaque mission, ce qui est classique et permet de gérer sa progression en fonction de ses engins de prédilection. Ce qui est contestable en revanche, c’est le modèle économique que constituent les sphères que l’on peut acheter avec de véritables Euros au prix d’un Euro la sphère et jusqu’à 40 Euros les 50 sphères. Celles-ci permettent d’acquérir des caractéristiques surprises selon la fameuse tendance des loot boxes.  Sans être obligatoire pour jouer, cette invitation au pay to win (payer pour gagner) est regrettable.

 

Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR

Les graphismes corrects

Pour des graphismes spatiaux, les développeurs ont pris soin de varier les environnements de jeu, une dizaine au total, dans lesquels les éléments et les couleurs sont relativement variés. Les éléments du décor sont un peu flous lorsqu’ils sont éloignés mais ce n’est pas très gênant d’autant que dans le feu de l’action, nous n’avons guère le temps de nous poser cette question ou de s’attarder sur les détails. Au final, l’immersion est bien réelle.

Les vaisseaux ont tous des apparences différentes et soignées, ce qu’il leur donne une identité visuelle propre à chacun. L’intérieur des engins est varié et bien modélisé, on y voit son propre corps en baissant la tête. Je regrette toutefois que les mains du pilote restent immobiles sur le manche quelque soient nos actions; c’est sans doute le seul bémol à l’immersion dans les environnements de jeu globalement réussis.

 

EVE Valkyrie Groundrush EVE Valkyrie Groundrush Playstation VR

La bande son

La bande son est constituée de musiques simples, un peu planantes dans la phase de découverte et de formation. Les bruitages sont corrects et sont associés à un effet volontairement un peu sourd, ce qui les rend crédibles depuis notre cockpit dans l’espace.

Sans être exceptionnel, l’ensemble sonore est cohérent et participe à l’ambiance du jeu de manière sobre et efficace.

Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR
Eve Valkyrie sur PlayStation VR

Conclusion :

Eve Valkyrie Warzone s’adresse avant tout aux joueurs voulant en découdre en ligne, mode auquel préparent efficacement les entraînements, les formations et les défis du jeu en mode solo.

Contre d’autres joueurs en ligne, la difficulté sera relative à l’expérience des pilotes rencontrés et l’accès peut être difficile lorsque l’on débute dans un jeu sorti depuis plusieurs mois.

Le sensations de pilotage sont bonnes et les efforts accomplis sur les environnements qui se sont étoffés depuis la sortie initiale du jeu le rendent attrayant, voire saisissant. Pour les accros aux combats en ligne, la durée de vie est appréciable.

Précisons enfin que le jeu est proposé à une trentaine d’Euros, incluant toutes les mises-à-jour rendues disponibles depuis un an et qui ont été regroupées dans cette version Warzone, ce qui le positionne dans les jeux dotés d’un bon rapport qualité/prix, même si ce dernier argument se doit d’être tempéré par les achats in game proposés.

Autre point positif, CCP Games, suivent leur bébé de près et actualisent régulièrement leur jeu. Une mise à jour apportant du nouveau contenu est annoncée pour le 12 décembre.

Eve Valkyrie Warzone - Trailer de lancement

Eve Valkyrie Warzone - Extraits de gameplay

L'avis de VR4player.fr
Test réalisé sur PS4
GAMEPLAY8
GRAPHISMES7
BANDE SON7
REJOUABILITÉ8
RATIO PRIX / DURÉE DE VIE7.5
Note des lecteurs3 Notes7.2
Les plus
Bonnes sensations
Variété des décors
Plusieurs types de challenges
Un univers cohérent
Durée de vie du jeu ( Multijoueurs)
Le suivi constant de CCP Games
Les moins
Jeu en ligne difficile pour les débutants
Pas de véritable scénario
Achats intégrés au jeu
7.5