PlayStation VR : Drunkn Bar Fight, J’aime pas ta gueule ! Le test sur PSVR

PlayStation VR : Drunkn Bar Fight, J’aime pas ta gueule ! Le test sur PSVR

1 mars 2018 5 Par Cyril Thevenot
Drunkn Bar Fight

Drunkn Bar Fight fait partie de ces petits jeux VR à même de donner du fun en très très peu de temps. Compatible avec le PlayStation VR et disponible sur le PSN US au tarif de 11,99$, le titre du studio The Munky est ce qui se rapproche le plus de l’hooliganisme que l’on peut retrouver outre-manche ou plus proche de nous en France, du PintaBeroy qui passe une mauvaise soirée et désire mettre une trempe au premier venu qui se trouve à ses côtés : malheur à lui !

C’est donc de la bagarre de rue gratuite dans la plus pure sauvagerie que nous propose de réaliser Drunkn Bar Fight, à consommer sans modération. Rien à voir avec les combats propres de Knockout League.

drunkn bar fight VR4Player.fr

Le Menu :

On ne peut faire plus simple, lors du lancement de votre application, vous allez rapidement tomber sur 2 pages vous demandant dans un premier temps de calibrer vos PS move et dans un second temps de confirmer que vous avez bien compris les consignes de sécurité en mettant les dragonnes des PS move à vos poignets. Ceci afin d’éviter tout objet volant non identifié dans le téléviseur ou dans la figure d’un membre de votre entourage.

Drunkn Bar Fight VR4player.fr

Présentation et Scénario de Drunkn Bar Fight :

Autant vous le dire de suite, le scénar de Drunkn Bar Fight est inexistant, ici pas de fil conducteur ou de progression à réaliser pour débloquer telle ou telle scène non ! Dans Drunkn Bar Fight, c’est à vous de réaliser (inventer) l’histoire de préambule : une séparation, un licenciement, l’alcool mauvais, bref ce que vous décidez pour votre rôle de composition et c’est ce qui est sans doute le plus sympa à réaliser, jouer un rôle d’acteur comme pour un film ou une pièce de théâtre. Après, rien est obligatoire, vous pouvez seulement jouer le bon bourrin de base qui ne cherche que la bagarre (mais n’est-ce pas déjà un rôle de composition ?)

Trois ambiances de bar vous seront proposées : Saloon, Pub (irlandais) et Bar tendance pour les Hypes. Vous commencerez simplement, comme en début de soirée, peu de monde puis à chaque combat gagné, une personne supplémentaire viendra s’ajouter à la salle du bar.

Fait notoire, Drunkn bar Fight a subi le courroux de la censure US, en effet il était par le passé possible de ressentir les effets néfastes de l’alcool (vision troublée…) c’est aujourd’hui impossible. Dommage pour l’immersion.

Dans Drunkn Bar Fight ce qui compte c’est la castagne sauvage et de se mettre une bonne peignée contre le plus de gus possible, rien d’autre.

Drunkn Bar Fight

Les graphismes :

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, pour moi les graphs sont dépassés, c’est sommaire et surtout très cubique. Toutefois il y a de la variété, les “clients” ne se ressemblent pas tous et les différents environnements apportent de la variété. Le jeu souffre d’aliasing mais force est de constater que ces “défauts” s’oublient rapidement car si la VR est immersive, la baston l’est tout autant. Je peux vous assurer qu’une fois que j’étais en mode crevard, à cogner comme un idiot j’avais totalement fait abstraction du décor simpliste et de l’aliasing, seul le fait de cogner et fracasser la bouche du type d’en face comptait.

Donc oui graphiquement le jeu n’est pas à la hauteur des meilleures productions mais on l’oublie très vite et ça n’entache en rien l’immersion.

Le Gameplay :

Comme vous l’avez déjà deviné, le jeu n’est jouable qu’au moyen des PS move ce qui est pour moi des plus logique puisqu’un PS move dans chaque main = un poing. Et la baston, la castagne, ça se fait avec les poings.

Pas besoin de faire ici des équations de combinaisons de touches pour enchaîner un combo, les commandes y sont minimalistes et ce n’est pas plus mal :

Touche Move = Avancer

Touches Rond ou Croix = Reculer

Touche Triangle = Rotation à droite

Touche Carré = Rotation à gauche

Gâchette = Serrer ou desserrer le poing (au choix)

Quelle que soit l’action entreprise, que vous la fassiez sur le move main de droite ou main de gauche, le résultat sera le même, un bon point pour ceux qui ne sont pas ambidextre.

Pour le reste, rien de plus simple, tendre le bras pour envoyer un Jam ou un direct, pour les autres coups : crochet, uppercut…. Suffit juste de réaliser le mouvement comme dans la vraie vie.

Drunkn Bar Fight nécessite surtout que vous fassiez place autour de vous car même si le “roomscale” (ce n’est pas à proprement parlé un roomscale) du PSVR est plus limité que ceux de ses concurrents VIVE et RIFT (Cf. Peut on vraiment parler de roomscale), il n’en reste pas moins efficace. Vous vous surprendrez à jouer en 360 degrés. Je vous conseille d’ailleurs de vous en servir au maximum, c’est bien plus efficace et immersif que les déplacements avec les touches. Cependant attention à ne pas vous entraver avec le câble et surtout à ne pas vous fracasser comme moi la main contre le mur en voulant mettre un gros crochet.

Tous les éléments décoratifs du jeu vous seront accessibles, vous pourrez boire tout ce qui traine autour de vous, casser verres, tabourets, guitares, bocaux, jeter des fléchettes, vous servir de couteaux, battes de baseball, changer la zic en pianotant sur le jukebox, bref tout ce qui est à votre portée pour déglinguer celui qui vous “enquiquine”. Vous pouvez même leur apprendre à voler ou à faire l’hélicoptère, c’est génial. Le gameplay est donc rudimentaire mais efficace et bien fun lorsqu’il fonctionne.

Autre point, une fois que vous aurez décidé d’entrer dans un bar, vous ne pourrez plus en sortir sans avoir achevé le combat par une victoire ou une branlée, c’est ainsi. Le combat fini, un board apparaît vous relatant (à titre informatif) quelques infos comme le nombre de coups, les types de coups, la durée… Et comme dit plus haut chaque combat rajoutera un “client” supplémentaire dans la salle.

Drunkn Bar Fight

Les coups bas de Drunkn Bar Fight :

Coups bas pour les problèmes rencontrés durant les parties :

Le jeu souffre malheureusement de quelques bugs comme le fait de se retrouver régulièrement bloqué, figé. Je me suis en effet retrouvé plusieurs fois dans l’impossibilité d’avancer ou de reculer, seules les rotations étaient possibles ainsi que la distribution des pains (heureusement), emmerdant en plein combat. La re-calibration n’a rien changé, ça ne dure pas longtemps mais bon vous m’avez compris. Autre point, il est difficile d’évaluer la distance entre votre adversaire et vous, vous pensez qu’il est à portée et du coup vous ne lui chatouillez même pas son museau (dommage). J’ai donc souvent envoyé de grands coups dans le vide et ça ne fait pas du bien aux articulations, attention aux tendinites. La reconnaissance des PS move semble bonne mais parfois ça part en sucette et vous vous retrouvez avec le même physique qu’un zombie, votre corps (bras, mains) ne répondent pas de manières optimales à vos commandements, solution : secouer vos move.

Rien de bien tracassant pour ces coups bas, une Maj devrait remettre de l’ordre dans tout ça (s’il y en a une).

Drunkn Bar Fight

Bande Son :

Là encore c’est minimaliste, quelques bruitages d’ambiance d’un pub rempli de clients, quelques musiques que l’on retrouve dans tous les univers, ce qui est dommage, le saloon par exemple aurait mérité son ambiance musicale propre. Mais encore une fois l’immersion n’en pâtit pas.

Drunkn Bar Fight

Conclusion :

Drunkn Bar Fight vendu pour l’instant uniquement sur le store US au tarif de 12$ devrait prochainement arriver dans nos contrées. Le jeu n’est certes pas une énigme mais reste comme un titre inclassable ou peut-être celui de défouloir. Pas de scénario, pas de réel but hormis celui de laisser libre court à nos plus vils instincts lors d’une baston sauvage comme seuls les westerns et Bud Spencer savent faire. Le jeu bien qu’en retrait graphiquement est HAUTEMENT immersif, les commandes sont simples et le roomscale à la hauteur. Alors ok, c’est laid, c’est moche mais qu’est-ce que c’est kiffant, c’est grisant limite jouissif, je me suis pris au jeu et je peux vous dire que j’ai rapidement fait abstraction de tout le reste. Les combats sont courts (du moins au début) et c’est pas plus mal car la cardio fonctionne à plein pot. Plus vous jouerez plus il y aura de monde.

Le degré de rejouabilité dépendra de vous et surtout si vous avez régulièrement besoin de laisser exprimer votre tréfonds. Sachez que pour 12$, quinze minutes de jeu permettront quotidiennement d’extérioriser toutes ses tensions internes, ça vous reviendra bien moins cher qu’une thérapie chez un psy. D’autre part, le jeu est parfait pour faire découvrir la VR à votre entourage (pas de cinétose) ou pour bien vous fendre la poire lors de soirées entre potes (je n’ai pas dit alcoolisées) à se filmer entrain de distribuer comme des idiots des mandales dans le vide.

L'Avis de Soluce PSVR

L'avis de VR4player.fr
Test réalisé sur PS4 PRO
SCÉNARIO3
GRAPHISMES4
GAMEPLAY7
REJOUABILITÉ5
IMMERSION9
RATIO PRIX / DURÉE DE VIE5
Note des lecteurs0 Note0
Les plus
hautement Immersif
simple et efficace
Moins cher qu'une séance chez un psy
Les moins
Graphs en retrait
Des bugs
Manque d'infos
5.5