PlayStation VR : Space Junkies, notre Test final du fast fps spatial d’Ubisoft

PlayStation VR : Space Junkies, notre Test final du fast fps spatial d’Ubisoft

13 janvier 2020 1 Par spanks

Partagez nos articles !

Alors que la plupart des gros développeurs et éditeurs boudent encore la VR, Ubisoft Montpellier (un studio 100% Frenchie) nous a livré Space Junkies le 26 mars dernier. Cerise sur le gâteau et contrairement à toute attente, le titre voit bien le jour sur PlayStation VR simultanément aux versions PCVR. Il y avait pourtant une bonne raison pour laquelle Ubisoft ne voulait pas le sortir sur PSVR : ces satanés PS Move qui ne possèdent pas de Joysticks. Ceux-ci les ont même tellement boudés que le jeu était uniquement compatible à la Dualshock 4 à sa sortie. Ils avaient ce message à faire passer : les PS Move sont dépassés sans joysticks et ne permettent pas d’offrir la meilleure expérience de jeu VR (et on est bien d’accord avec eux !). Les PS Move auront fait couler beaucoup d’encre sur PSVR !  Mais la compatibilité est belle et bien arrivée dans une mise à jour ultérieure, car il ne faut pas non plus pénaliser les joueurs.

Est-ce qu’Ubisoft a bien fait de se raviser ? On va le découvrir tout au long de ce test.

Vous livrer mon avis aussi longtemps après sa sortie m’aura permis de tester l’intégralité des modes et du contenu que propose Space Junkies (une excuse bidon pour me justifier du retard ? Mais non !). Je précise que ce test concerne la version PlayStation VR mais que j’y ai également beaucoup joué sur PCVR avec mon Oculus Rift S.

Space Junkies : Un jeu 100% multi

N’achetez pas Space junkies si vous comptez y jouer seul et en hors ligne puisque celui-ci ne propose aucune campagne solo. Même si pour se faire la main, un mode permettant de jouer contre des bots a également été rajouté un peu plus tard lors d’une mise à jour. Celui-là n’aura d’intérêt que pour s’entraîner car c’est tout de même beaucoup plus drôle de jouer contre de vrais joueurs humains…. Heureusement on peut activer une option qui permet de nous alerter lorsque des joueurs recherchent un adversaire, on pourra donc les rejoindre si on le souhaite, cela permet donc de nous chauffer un peu et après rejoindre le multijoueur pour faire des multikills à la pelle ! (enfin au moins des kills, bon un seul kill déjà au moins)

Les lobby d’attente de parties deviennent souvent un vrai endroit de détente. On fait connaissance avec ses alliés ou adversaires en se faisant des signes, un check, un serrage de main. On peut y jouer au space basket ou s’amuser à tirer sur des cibles. Plutôt fun. La communauté dans l’ensemble est d’ailleurs plutôt cool. Et heureusement qu’on arrive à s’amuser dans les lobbys car il peut arriver qu’on y passe un peu de temps en attendant des joueurs supplémentaires.

La version Playstation VR de Space Junkies est entièrement crossplay avec les joueurs PCVR (versions Steam et Oculus le tout synchronisé avec Uplay).

Space Junkies Ubisoft PlayStation VR, PSVR, VR4player

Un système de saison(s)

Afin de proposer des nouveautés régulièrement et apporter quelque chose de dynamique à Space Junkies , Ubi a mis en place un système de saisons (ce qui se fait désormais dans la plupart des gros jeux multijoueurs).

Malheureusement cela n’aura duré qu’une saison

Trois dlc ont été incorporés au jeu sous forme de mise à jours (ou DLC gratuits). Ceux-ci ont ainsi apportés de nouveaux modes de jeu, nouvelles cartes, nouveaux personnages et éléments cosmétiques. Les développeurs ont également étendu le multijoueur au 3 vs 3 (6 joueurs par partie) contre du 2 vs 2 à la sortie (4 joueurs par partie) ce qui a été bienvenue.

Malheureusement Ubisoft a officiellement récemment arrêté le suivi de Space Junkies, il n’y aura donc plus de nouveau contenu. Il faut donc croire que le jeu n’aura pas eu le succès escompté par Ubi, le mode flat qui était en phase bêta au mois d’aout a carrément été annulé, le public n’était surement pas au rendez vous. Entre nous, autant le jeu à de l’intérêt en VR à mes yeux, que je ne comprenais pas l’utilité d’une version 2D. Je comprenais tout de même l’intention des développeurs de trouver plus de joueurs pour pouvoir faire vivre le jeu et ainsi continuer à pouvoir le nourrir en contenu.

Le jeu vaut-il toujours le coup pour autant ? Voyons voir.

Les menus

Les menus sont super intuitifs en général rien à dire, on s’y retrouve parfaitement bien. Durant le jeu et à partir du lobby, on pourra se servir de notre montre pour accéder au menu social, aux loot boxes à ouvrir etc …

Space Junkies Ubisoft PlayStation VR, PSVR, VR4player

Le contenu

C’est sous la forme d’un tuto que l’on débutera le jeu pour la première fois, celui-ci nous apprendra les mécaniques de déplacements du jeu.

On pourra ensuite accéder à différents modes de jeu plutôt classiques disponibles pour offrir les affrontements les plus diversifiés possibles :

On retrouvera ainsi du team deathmatch, du chacun pour soi, le mode Final Cut qui n’est autre qu’un gungame (Une arme nous est donnée en début de partie et il faudra fraguer pour accéder aux armes suivantes jusqu’à atteindre le dernier palier et tuer un joueur avec les double sabres lasers pour gagner la partie), on peut également faire des duels quand on joue seul contre un autre joueur. Le mode King (mode en équipe ou il fallait capturer une couronne), le mode instablast (Tout le monde a le même flingue à disposition avec une balle dedans, les balles sont illimitées mais il faudra obligatoirement recharger entre chaque tir, une balle = un mort), et le mode Médiéval (tout le monde joue à l’arc “Bowminator”) ont également été rajouté dans les 3 épisodes de la saison qui ont vu le jour. Les joueurs ont la possibilité de voter pour les modes et les maps avant le lancement chaque partie

Plusieurs personnages sont a disposition offrant tous différentes caractérisques qui jonglent entre vitesse de déplacement, vie et maniabilité. Ceux ci sont également notés avec des étoiles par rapport au niveau de difficulté de la prise en main. Certains seront plus faciles à maîtriser que d’autres.

Il y a une dizaine de maps en tout (6 à la sortie du jeu et 4 rajoutées ultérieurement). Celles-ci sont très bien adaptées au gameplay du jeu en proposant beaucoup de verticalité. Les ennemis peuvent arriver de tous les côtés, par dessus et par dessous. On y trouve autant des zones restreintes dans lesquels on se sert naturellement des éléments du décor pour nous cacher et tromper nos adversaires que des zones ouvertes qui permettent des affrontements plus directs et frontaux. En plus je trouve qu’elles sont plutôt bien adaptées au nombre de joueurs : ni trop grandes, ni trop petites.

Au niveau des armes ils y a de quoi faire : du fusil a pompe à au minigun en passant par le lance roquette. Un lance pierre et un arc sont même à disposition. Toute la panoplie du bon fast FPS est présente. Chaque arme offre sa particularité et sa façon de jouer.

On peut équiper deux gadgets (atouts) dans le dos que l’on pourra utiliser en partie : on peut prendre une bouteille de soin, un sabre laser, un radar pour repérer ses ennemis, un appareil qui permet de faire des clones de nous même pour en faire des leurres ou encore équipé un bouclier. Ces différents atout peuvent faire toute la différence en partie si on sait bien les utiliser.

Il est également possible de récupérer de la vie ou de l’armure sous forme de power ups disséminés sur les maps, leur utilisation peut faire toute la différence durant les affrontements.

Les éléments cosmétiques sont de la partie et sont déblocables dans des loot boxs auxquelles on accède à chaque niveau passé. Il n’y a aucune micro-transactions impliquant de la monnaie réelle dans le jeu (je préfère préciser).

Bref, vous l’aurez compris le jeu est tout de même relativement complet, et si on apprécie le style on en aura pour notre argent.

Space Junkies Ubisoft PlayStation VR, PSVR, VR4player

Gameplay : PS Moves et Dualshock 4

Jouer à la manette Dualshock 4 fait perdre en immersion malgré la présence des Joysticks, mais sa facilité de prise en main sera surement plus apprécié par certains, car l’utilisation des PS moves demandera un peu plus d’entrainement.

Comme expliqué plus haut, le support des PS moves a été introduit par les développeurs peu de temps après la sortie du jeu suite à la forte demande des joueurs. Le gameplay aux PlayStation Moves est plutôt efficace, et une fois que l’on a bien pris les contrôles en main on arrive plutôt bien à se déplacer. Mais cela demandera un peu de temps et d’entrainement. Les développeurs ont du mapper 8 boutons (4 sur chaque Playstation Moves) alors que les joysticks font tout le taf sur les controleurs pc. Le jeu étant crossplay, les joueurs PCVR auront donc effectivement un léger avantage sur les joueurs PSVR (2 joysticks VS 8 boutons). Car il ne faut pas oublier la verticalité qu’offre Space Junkies, les arènes se trouvent toutes dans l’espace, on est en apesanteur et équipé d’un Jetpack. Ainsi on poura se déplacer de haut en bas, latéralement à gauche ou à droite, avancer et reculer (ici c’est pas Call Of et sa visée assistée, on parle de vrai Skill ! Mais ne me snipez pas, j’y joue aussi). Pour nous assister dans les déplacements, on peut choisir le mouvement par la tête (on se dirige la ou on regarde) ou le mouvement avec la main en dirigeant le PS Move la ou on veut se déplacer. La première option me semble la meilleure car cela nous laisse les deux mains libres pour le combat, attention toutefois à ne pas trop forcer pour ne pas choper un torticoli ! Un boost nous permet également de se déplacer plus vite temporairement.

Le jeu propose un frag très agréable, on est bien chez Ubi ! C’est nerveux, rapide et prenant surtout une fois que l’on commence à maîtriser un peu les déplacements.

Les différentes armes disponibles (suivant le mode de jeu) sont disséminées sur la map et il est possible d’en stocker deux : une de chaque côté de sa ceinture. Le système est très efficace et fonctionne très bien, on passe assez facilement d’une arme à l’autre dès que l’on a pris le coup de main.

Il est aussi facile d’y jouer assis ou debout, d’ailleurs le jeu nous propose de choisir lors du premier lancement, perso j’ai opté d’y jouer assis en bon flemmard que je suis.

Le jeu est compatible 3D RUDDER, je ne l’ai pas essayé personnellement et je vous laisserais vous rapprocher de l’avis de notre ami Yatahee plus bas pour plus d’informations sur l’utilisation de ce périphérique sur Space Junkies.

Space Junkies Ubisoft PlayStation VR, PSVR, VR4player

Graphismes : Catherine fait des merveilles

Le moteur “Catherine” (oui oui c’est bien le nom du moteur, c’est original !) a été créé par Ubisoft spécialement pour faire tourner des jeux VR et celui-ci fait du bon boulot : le jeu est assez beau et très fluide. Il y a tout de même peu de flou même sur la version PS4 pro. Space Junkies tourne quand même relativement bien et reste agréable à l’oeil. Les couleurs sont belles et l’ambiance spaciale est au rendez-vous.

Si on compare à la version PC qui est bien entendu moins floue (suivant la puissance de la bête bien entendu), la version Playstation VR n’a finalement pas trop à rougir.

Les animations sont propres et les joueurs que l’on croise ne ressemblent pas à des monstres malformés (La légende dit que l’on en rencontre en Arizona, heureusement qu’ici on est dans l’espace) ou ne sont pas démembrés.

Un moteur créé spécialement pour les jeux VR Ubi

Si Ubisoft a développé leur propre moteur pour la VR, ce n’est pas pour rien, c’est surement un investissement sur le long terme !

Space Junkies Ubisoft PlayStation VR, PSVR, VR4player

Musique et bruitages

La musique du menu est très pêchue et colle bien à l’ambiance futuriste générale de Space Junkies, c’est assez electro et 80’s. Les bruitages ainsi que les voix très arcade qui accompagnent les parties font un super job. Il est également bien vu de la part des dévs de nous proposer le choix de choisir la version anglaise ou française de celles-ci. Cooool ! Je préfère la version anglaise qui me rappelle le bon vieux temps des jeux arcades. Du côté des armes les bruitages restent aussi assez efficaces. Pour nous plonger dans le bain et renforcer l’immersion, nous entendons notre personnage respirer dans son scaphandre.

Avis de Yatahee :

Yatahee2Le style arena shooter commence à multiplier les essais sur PSVR, et même Ubisoft s’y est mis. Alors bien sûr, venant d’eux, je m’attendais à un produit bien réalisé, bien fini et beau.

Je ne suis pas déçu du résultat. Je trouve le jeu graphiquement impeccable et nerveux à souhait. Je n’ai pas rencontré le moindre bug et l’ergonomie de jeu est exemplaire. Que ce soit pour la navigation dans les menus, les changements d’armes ou les déplacements, tout est bien pensé, tout se prend en main en quelques secondes et sans difficulté.

Même aux PS Moves, c’est tout à fait jouable. Et si les déplacements aux boutons se montrent parfois compliqués à exécuter dans la précipitation, la compatibilité avec le 3dRudder offre une bonne solution pour slalomer plus aisément entre les balles.

Attention toutefois, la particularité de ce titre (à savoir le jeu en apesanteur, sans sol ni plafond) met les capacités d’orientation du joueur à rude épreuve ; et intégrer une troisième dimension spatiale à ses trajectoires et esquives demande un long moment d’adaptation.

Alors combiner à cela des déplacements par appuis boutons sur les PS Moves + rotations et bascules au 3dRudder, c’est un exercice terrible pour les méninges. Et pour être franc, après avoir insisté quelques heures sur cette combinaison, j’ai laissé tomber; mon cerveau ne suivait pas le rythme.

C’est en tentant de faire mieux à la manette que j’ai enfin senti le cowboy tapis en moi émerger.
Et même si j’étais assez perplexe à l’idée de viser avec les gyroscopes de la manette plutôt qu’au casque, je dois admettre que ça fonctionne plutôt bien sur Space Junkies.

Space Junkies - VR4player.fr

Conclusion

Space Junkies est très bon dans l’ensemble même s’il ne conviendra pas forcément à tout le monde. Il ne propose en effet que du contenu multijoueur et avec un univers très poussé futuriste (et on en a déja pas mal bouffé sur PSVR). Même si Space Junkies ne propose que du 3vs3 maximum, les parties n’en restent pas moins endiablées et nerveuses.

Les menus sont intuitifs et le moteur de jeu fait très bien son boulot : sur PS4 pro malgé un léger flou, le jeu est très agréable visuellement.

Son prix de sortie était assez élevé (40 €) , mais heureusement il est finalement passé à 20 euros, un prix très correct.

Les serveurs ne sont jamais très pleins mais on arrive tout de même encore à trouver des joueurs. On peut même attendre qu’on nous propose une partie en jouant contre des bots pour passer le temps, bonne idée ! Et si on a des potes avec qui jouer c’est le top.

Pour un jeu que je n’attendais pas forcément Space Junkies est donc finalement une bonne pioche dans le catalogue du PlayStation VR. Et si vous hésitez encore à le prendre au prix fort, attendez une promo, il y en a souvent.

L'Avis de VR4PLayer
Test Réalisé sur PS4 Pro
Gameplay7
Graphismes8
Bande Son8
Immersion8.5
Rejouabilité8.5
Rapport Qualité/Prix/durée8
Note des lecteurs0 Note0
Les plus
Beau graphiquement
Fun et nerveux
Un fast FPS à l’ancienne mais en VR
Le crossplay
Les moins
Plus aucun suivi sur le jeu
Le prix de sortie initial
Pas de mode solo
8

Partagez nos articles !