PlayStation VR : la plupart des jeux VR ne seraient pas rentables ?

PlayStation VR : la plupart des jeux VR ne seraient pas rentables ?

29 septembre 2018 7 Par sylion

Sans en faire une généralité, c’est en tout cas le constat dont témoigne le studio Tribetoy (Bow to Blood) qui nous parle du développement et surtout du financement et de la rentabilité des jeux VR sur un marché encore en gestation.

Même avec aujourd’hui plus de 6 millions de casques VR dans les maisons, dont 3 millions rien que pour le PlayStation VR, certains studios indépendants qui se lancent dans l’aventure ont encore du mal à rentabiliser le développement de leurs jeux VR, comme en témoigne le studio Tribetoy à l’origine de Bow to Blood, exclusivité PSVR sorti le 28 août dernier.

C’est lors d’un échange sur reddit qu’on a pu avoir des chiffres concrets du studio qui a souhaité témoigner de leurs difficultés et du soutien de Sony en la matière :

“Nous devrions vendre environ 28 000 unités au prix fort pour atteindre les coûts de développement. (…) Sans compter que je vis de mes économies et ne me payais pas de salaire pendant deux ans. (…) Il faudrait 40 000 unités vendues, en tenant compte des futures campagnes de réduction.”

Combien a coûté le développement de Bow to Blood ?

À partir de ces informations, on peut évaluer approximativement les coûts de développement d’un tel jeu : si, pour être rentabilisé, le jeu doit être vendu à 28000 unités au prix fort de 30 dollars, les coûts de développement s’élèveraient à environ 1,2 millions de dollars. Ce calcul tient compte du fait que les développeurs ne reçoivent que 70% du montant des ventes ; 30% vont en effet à Sony. 
 
“Nous avons travaillé sur un prototype pendant environ un an de travail. Après cela, nous avons arrêté et commencé à travailler à plein temps sur le jeu. D’abord nous étions deux. Au cours des 18 mois suivants, nous sommes devenus une équipe de six développeurs. “
 
Le développement de Bow to Blood a duré 30 mois, avec en moyenne 4 développeurs à plein temps dessus, payés moins de 5.000 dollars par personne.

Sony soutient les jeux VR.

Le studio aurait dû vendre beaucoup plus d’unités pour espérer gagner de l’argent si Sony n’avait pas aidé les développeurs en offrant un contrat d’exclusivité. 

“C’était un accord très généreux. “Dans les jeux traditionnels, les studios reçoivent beaucoup moins d’aide financière. Avec la réalité virtuelle, les contrats sont meilleurs parce que la base d’installation est très petite et que les développeurs ont plus de difficulté à rentabiliser les coûts de développement. “

Le studio suppose que la plupart des jeux VR enregistrent des pertes. “Sony met de l’argent dans les développeurs avec passion et idées, mais pas pour gagner de l’argent. Ils veulent que la plate-forme prévale.”

Que pensez de ces chiffres et de ce témoignage ? Est-il le reflet du marché actuel de la réalité virtuelle ? Le relatif faible nombre de jeux VR qui sortent et surtout de petits studios indépendants ne constituent pas au contraire une chance pour ceux-ci de percer et de se faire connaître ? Des titres tels que Superhot VR, Beat Saber, Job Simulator ou Arizona Sunshine ne sont-ils pas des preuves que de bons jeux VR peuvent rimer avec succès ? Attention, je ne dis pas que Bow to Blood n’est pas un bon jeu, loin de là. Les inconvénients d’aujourd’hui sont aussi des forces pour ces jeunes studios qui l’ont bien compris : en trouvant la bonne formule VR, c’est le moment opportun pour se faire connaître et devenir un studio important de cette technologie de demain (Survios).

Bow To Blood sur PSVR