PlayStation VR : Detached sur PSVR, accrochez-vous, voilà le TEST !

PlayStation VR : Detached sur PSVR, accrochez-vous, voilà le TEST !

29 juillet 2018 3 Par Sei

Detached vient de débarquer sur PSVR le 24 juillet 2018 pour nous faire goûter aux joies de l’apesanteur. Nous vous avions déjà présenté en exclusivité une interview réalisée auprès de l’équipe de Detached. Le jeu est développé par Anshar Studios, basé en Pologne, et sorti depuis un an sur PC, ce jeu d’exploration spatiale va mettre vos sens à rude épreuve. Vous pensiez avoir de l’orientation et l’estomac bien accroché ? Vous vous trompiez !

Le scénario : Lost in space

Tout fout le camp : plus de colonies, plus de factions, plus de sociétés, la guerre a tout détruit. Vous devez tenter de survivre et réactiver ce qui peut l’être, retrouver vos alliés parmi des débris de stations ou de vaisseaux et faire face à des menaces inconnues.

Le scénario de Detached sert surtout à planter le décor, justifier vos actions mais n’est pas passionnant. Une intro de style comics animés sert de base à ce qui vous attend. C’est plutôt joli mais ça ne vas pas amorcer une très grande saga spatiale selon moi (rendez-moi Mass Effect !)

TEST de Detached
TEST de Detached

Gameplay de Detached : dans l’Espace, personne ne vous entendra souffrir.

Detached vous propose d’expérimenter le voyage dans l’espace, sans gravité, à l’aide de votre combinaison autonome munie de propulseurs, la Eva Suit. Vous vous souvenez du jeu PS1 : Descent ? Là c’est le même genre :  pas de haut, pas de bas, plus de repères. Vous devrez faire travailler votre sens de l’observation et de l’orientation. Tout se fait à la manette exclusivement, et vous devrez contrôler la poussée, l’assiette, la décélération, le roulis, et donc oui sans doute le mal de mer comme dans un manège à fortes sensations de la foire du trône car Detached est l’examen de fin d’année pour savoir si oui ou non vous ne craignez plus le Motion Sickness. Si vous êtes sensibles, n’ayez pas peur car de nombreuses options peuvent-être activées pour éviter ce problème : champ de vision réduit lors des rotations ou maniabilité « arcade » simplifiée. Malgré cela, valdinguer dans l’espace en tournoyant ne sera pas instinctivement à la portée de tous mais on se fait à tout.

Les plus valeureux auront tout de même le choix de régler les options à leur gré et de choisir deux autres types de contrôle : simulation ou astronaute. Ici l’inertie due au manque de gravité est totale. La moindre erreur de trajectoire ou une accélération trop brusque, et c’est l’accident assuré sur un astéroïde ou sur votre tapis. Vous voilà prévenu. Un petit tuto est disponible pour essayer tout ça.

Votre combinaison est aussi équipée d’un bouclier, d’un lance missile IEM et d’un boost pour vous aider à évoluer dans le jeu. Vous êtes le concierge de l’espace et devrez réparer ou réactiver toutes sortes de choses, parfois sous la pression d’un chrono ou de sentinelles toutes droit sorties de Matrix. Vous devrez également faire attention à vos jauges d’oxygène et de carburant et les recharger à l’aide de conteneurs disséminés dans les niveaux.

Le jeu propose une aventure solo d’environ 4 heures, sur 3 grosses parties principales. Si les voix sont en anglais, le texte est intégralement en français. Lors de votre partie, les missions s’enchaineront sous les ordres de votre supérieur hiérarchique. Ne vous attendez pas à avoir une croix pour vous indiquer systématiquement ou aller par contre, le jeu encourage l’exploration et la curiosité. On peut tout de même regretter l’absence d’une page de suivi de missions. Il m’est arrivé de rater une phrase pendant un dialogue et de ne plus savoir ce qu’il fallait faire, me laissant seul à errer dans l’espace.

Le multi : Detached propose une partie multijoueur à un contre un. Dans une vaste map vous devrez récupérer des conteneurs à un point A, les valider à un point B et les stocker dans un vaisseau à un point C. Le tout avec un adversaire au fesses qui fera tout pour que vous n’arriviez pas à votre objectif. Les capacités de votre Eva Suit seront utilisées pour vous protéger ou stun votre ennemi. Une sorte de captures de drapeaux dans l’espace, amusant sur quelques parties.

TEST de Detached
TEST de Detached

Les graphismes : il y a du brouillard dans l’espace ?

Nous sommes en face d’un jeu d’exploration spatiale et donc devant des décors très vastes alternants avec des espaces plus confinés en intérieur. Malgré un flou omniprésent sur PS4 fat comme sur Pro et d’un aliasing assez présent, le jeu s’en tire tout de même avec les honneurs. Techniquement, Detached tient assez bien la route même si quelques détails chagrinent : si vous voulez lire ce qui est écrit sur un panneau d’affichage, il va falloir bien s’approcher. Et un peu de clipping sur certains gros éléments distants qui se rapprochent. Il ne faut pas oublier que la PS4 (surtout la fat) crache ses tripes en VR et donne tout ce qu’elle a, un petit patch sur Pro ne serait pas de refus par contre. Des temps de chargement moins long seraient également nécessaires.

Son et ambiance sonore : De vrais morceaux de sorceleur dedans.

La bande son est assurée par Mikołaj Stroiński, déjà responsable du score de Witcher 3 et The Vanishing of Ethan Carter, pas un manche donc. Même si nous l’avons donc connu plus inspiré, la musique ici fait ce qu’il faut pour vous accompagner dans l’aventure avec ses mélodies symphoniques du plus bel effet. Cela sent bon la SF.

Les bruitages sont très fonctionnels et efficaces : dans le casque vous entendrez la recharge des fonctions de votre combinaison ou les alertes des jauges d’O2 ou de carburant. Par contre la spatialisation n’est pas probante, étonnant pour un jeu jouant sur la désorientation à 360°.

Detached sur PSVR

CONCLUSION :

L’été 2018 se passera dans l’espace, entre The Persistence tout juste sorti, Detached et bientôt Downward Spiral Horus Station, le PSVR semble vouloir nous faire voyager loin. Detached se détache (mpfff) de ces deux autres jeux grâce à son système d’exploration savamment mis en place et extrêmement immersif. Cependant ces déplacements inédits à 360° ont un prix : seuls les estomacs très bien accrochés pourront en profiter du moins sans filtres.

Le manque de netteté du jeu ne vous empêchera pas de sortir un petit « ha ouais quand même !» en découvrant l’étendue vertigineuse des niveaux, en espérant un patch pour la PS4 Pro pour améliorer la technique et les temps de chargement.

Proposé à 35,99€, tout de même un peu cher comparé au prix sur PC (10€ de moins), et doté d’un solo de 4 heures environ et d’un mode multi, Detached est tout de même l’une des bonnes surprises du moment. Maintenant, l’immensité de l’espace est à vous. Si le catalogue du PSVR était un parc d’attraction, Detached en serait certainement l’un des plus gros manèges à sensation. Une expérience à ne pas louper pour tous ceux qui ont la tête dans les étoiles ! 

Avis de VR4player.fr
Test réalisé sur PS4 fat
Scénario6
Gameplay9
Graphismes 7.5
Bande Son 7.5
Rejouabilité7.5
Immersion9
RATIO PRIX / DURÉE DE VIE6
Note des lecteurs0 Note0
Les plus
Déplacements libres à 360°, dans 3 modes de contrôles au choix
Vraiment immersif
Le plaisir de l’exploration
L’immensité des décors
Le mode multi qui a le mérite d’être là
Les moins
Estomacs sensibles s’abstenir. Mais VRAIMENT !
Objectifs de missions parfois pas clairs
Flou omniprésent
Un peu cher (10€ de plus que sur PC)
7.5