PlayStation VR : CREED Rise to Glory passé au crible dans son test vr4player.fr

PlayStation VR : CREED Rise to Glory passé au crible dans son test vr4player.fr

10 octobre 2018 7 Par sylion

VR4player.fr passe CREED au crible dans son test en bonne et due forme, en passant par son gameplay, l’immersion en VR, sa durée de vie par rapport au prix, les graphismes et les sons, sans oublier de le comparer brièvement à son challenger Knockout League, l’autre titre de boxe sur PlayStation VR.

Avant même la sortie du film éponyme (en novembre), CREED Rise to Glory le jeu exclusivement VR est disponible sur les principaux supports PCVR et PSVR depuis le 18 septembre au prix de 24,99 euros. En un temps de développement record (un an environ), le studio américain Survios nous délivre sa version du jeu de boxe en réalité virtuelle. Le double pari de l’adaptation cinématographique et du combat de boxe en VR est-il réussi ?

Le Scénario de CREED Rise to Glory

Une fois n’est pas coutume, je vous invite à lire l’histoire de CREED, celle du premier film ci-dessous (merci wikipedia) :

En 1998, Adonis Johnson est détenu dans un centre de détention pour mineurs. Il n’a jamais connu son père, le célèbre boxeur champion du monde poids lourd Apollo Creed, décédé avant sa naissance au cours d’un match d’exhibition. Pourtant, Adonis a la boxe dans le sang et rencontre la femme de son père, Mary Anne Creed, qui lui propose de venir habiter chez elle, ce qu’Adonis accepte.

En 2015, Adonis habite à Los Angeles et est devenu boxeur amateur. Il démissionne de son emploi pour se consacrer à la boxe. Il demande à plusieurs entraîneurs de s’occuper de lui mais tous refusent, pensant qu’il ne fait pas le poids. Il part s’installer à Philadelphie pour approcher Rocky Balboa, plusieurs fois champion du monde des poids lourds, grand ami de son père. Il vit désormais seul depuis le décès de sa femme Adrian et de son ami et beau-frère Paulie puis le départ de son fils Robert Jr. D’abord réticent, il finit par accepter de l’entraîner. Après un premier combat réussi, Adonis Johnson poursuit ses entraînements avec Rocky.

Celui-ci est contacté par le manager du grand champion du monde des poids mi-lourds britannique Ricky Conlan, qui a appris qu’Adonis n’est autre que le fils d’Apollo Creed. Avant la retraite de son poulain, le manager britannique leur propose de disputer le titre de champion du monde des poids mi-lourds, mais en y ajoutant une condition : qu’Adonis prenne le nom de son père. Rocky et Adonis finissent par accepter après avoir réfléchi, mais y voyant une opportunité d’asseoir la réputation du jeune boxeur. Mais peu de temps après, Rocky apprend qu’il est atteint d’un cancer et refuse de faire la chimio-thérapie. Adonis finit toutefois par le convaincre. Le combat approchant à grands pas, Johnson s’entraîne plus dur que jamais.

Le jour du combat, la belle-mère d’Adonis lui offre le légendaire short de son père aux couleurs des États-Unis avec « Creed » marqué à l’avant. Le premier round ne se passe pas très bien pour Adonis qui se fait blesser à l’œil. Au fur et à mesure des rounds, l’œil d’Adonis se ferme de plus en plus. Au 11e round Conlan met Johnson à terre mais ce dernier, se souvenant brutalement de son père, retrouve courage et se relève. Il met à son tour Conlan à terre mais lui aussi se relève et le match prend fin.

L’adaptation de CREED Rise to Glory

Adapter un film en prise réelle en jeu VR montre inévitablement ses limites : graphiquement, on s’éloigne du côté réaliste pour opter vers un aspect presque cartoon des personnages ; et scénaristiquement, puisqu’on est bien dans un jeu de boxe, donc de combat et d’action, l’histoire n’est qu’à peine évoquée lors des discours du coach ou en écoutant la radio dans la salle d’entraînement. La licence CREED n’est presque qu’un prétexte à l’exercice du genre pour Survios qui a mis, faute de temps sans doute, toutes ses forces dans le système de jeu lui-même : le gameplay ; et c’est bien là qu’on les attend.

Le Gameplay

Pour un jeu de boxe en VR, à priori quoi de plus évident en terme de gameplay ? On tape et retape et re-retape, non ? Ben oui, quelque part, sauf que chaque boxeur a une barre (invisible) de stamina, ce qui évite les rixes de berserkers. Impossible de s’acharner sur son adversaire sans ressentir de fatigue virtuelle. Le studio Survios intègre astucieusement un système d’endurance dans CREED Rise to Glory qui l’équilibre et calibre ses rounds : si vous frappez trop souvent, vos gants deviendront rouges et se déplaceront moins vite que vos Moves, drainant du même coup la force de vos  poings. Votre avatar grognera de douleur musculaire et vous devrez tenir immobile vos gants de boxe devant vous pour recouvrer vos forces.

La position de garde sera d’ailleurs essentielle à votre victoire sur le ring (les deux Moves devant le casque). Mais attention parce que vous ne pourrez pas la tenir éternellement non plus. Dans CREED Rise to Glory, il faut savoir alterner entre attaque et défense, garder sa position des gants, frapper au bon moment, esquiver en se penchant en arrière, se déplacer sur le ring, tout en gérant son endurance. Virtuellement comme dans un VRai match de boxe !

Les déplacements justement parlons-en, se font à la mode Survios, et plus précisément comme dans Sprint Vector, puisque vous devrez appuyer sur le bouton Move tout en brassant de l’air pour avancer et pivoterez par à-coup d’une autre touche. Si vous êtes renversé par votre adversaire, vous devrez gesticuler les mains comme votre personnage ; et si vous êtes carrément mis K.O., votre “enveloppe spirituelle” plongée dans le noir s’éloignera du ring et vous devrez alors sprinter pour récupérer votre corps dans le temps imparti du compte à rebours de l’arbitre. Tout le gameplay de CREED Rise to Glory est tourné vers l’action et chaque duel remporté donne la sensation d’être un véritable champion ! Sauf que le lendemain, vous serez comme un petit vieux tout courbaturé …

Mais c’est le prix à payer pour atteindre la gloire car à force d’entraînements (avec la musique de Rocky, le pied !), on fait définitivement du sport en VR. Quelle ironie de constater qu’aujourd’hui grâce à la réalité virtuelle, on puisse s’entretenir tout en jouant aux jeux vidéos ! Les phases d’entraînement se situeront dans votre salle de sport où trône au milieu un ring entouré de sacs de sable. Vous pourrez enchaîner les exercices, du cardio au punching-ball, en passant par le mannequin de boxe, le travail des esquives, jusqu’à un entraînement personnel avec Rocky Balboa lui-même ! Ainsi, avant chaque match, vous serez obligé de passer par une séance intensive et chronométrée qui selon votre score, déterminera votre stamina de début de round. Comme dit, rien que cette phase de jeu est jouissive puisque vous réaliserez l’un des vœux geeks de vous défouler virtuellement à la boxe avec la musique de Rocky !

CREED Rise to Glory : l’impression d’être un champion

On s’y croit dans CREED ? Une fois passé les dragonnes sur ses petites mimines, on a vraiment l’impression d’être sur le ring. L’effet wouha de tout nouveau jeu VR fonctionne, avec une belle impression de volume 3D et du boxeur qui nous marave généreusement la gueule. Pour des sensations idéales, il est fortement conseillé de jouer debout, pourquoi pas en short et avec votre ceinture de champion ^^. Par contre, le Subpac n’est pas forcément conseillé, à cause de la souplesse cervicale que demande le jeu, notamment pour esquiver.

Et le tracking dans tout ça ? Il suit bien heureusement, dans les modes de jeu contre l’ordinateur en tout cas (campagne, freegame, entraînements). Il m’est arrivé quand même quelques fois des pertes de tracking, ce qui peut s’avérer gênant lors d’un coup décisif. Mais pour un jeu qui demande de tenir ses Moves devant son casque (ce qui aurait pu occasionner des pertes de suivi du PSVR), il s’en sort vraiment plutôt bien.

Point décisif pour un jeu VR, l’immersion de CREED est donc convaincante : les différents rings, bien éclairés et entourés de public, la taille souvent imposante des challengers, la liberté de mouvement et de combos, tout cela contribue grandement à nous mettre dans les gants d’Adonis Creed.

Les Graphismes de CREED Rise to Glory

Et pourtant, on pourrait être à priori refroidi côté immersion par le style graphique choisi par Survios pour leur jeu de boxe tiré du film : les personnages ont tous un look cartoon super deformed par rapport aux acteurs, ce qui pourrait décevoir les fans de Sylvester. C’est finalement un choix imposé par la technique qui, casque sur les yeux, ne dérange pas plus que ça : malgré la caricature, les boxeurs n’en demeurent pas moins intimidants, avec leur taille de géant aux muscles saillants texturés et leurs grimaces quand ils donnent et prennent des coups. Mais objectivement, pour un jeu VR, les graphismes des personnages et des environnements restent quand même très satisfaisants.

Sous les spots, votre adversaire apparaît parfaitement net sur le ring, les décors au-delà étant logiquement plus flous. Chaque membre du public pourra sembler peu détaillé mais il faut dire aussi qu’il y a pas mal de monde venu nous voir et que tout l’intérêt de CREED se passe de toute façon sur le ring.

Le Son et la Musique

La musique inspirée de l’originale de Rocky lors des phases d’entraînement fait le café, les autres se montrant plutôt discrètes mais toujours agréables à écouter. Les différents personnages (le coach, Rocky, Adonis, tous les adversaires, le présentateur, les arbitres, la radio, etc.) ont des voix digitalisées, malheureusement exclusivement en anglais sans sous-titres français. Les impacts de coups, en plus des effets visuels généreux (éclairs, feux), sont aussi bien retranscrits à l’audio, rien à redire.

CREED Rise to Glory : le mode pvp

En plus du mode Carrière bien dosé et des combats libres contre tous les protagonistes (dont son double Adonis), CREED propose heureusement du pvp, de l’inédit dans le genre du jeu de boxe sur psvr en tout cas. Jouer en ligne contre un boxeur virtuel mais bien réel ajoute encore plus de rejouabilité au titre, qui en devient d’autant plus sportif, imprévisible, d’homme à homme ^^ et surtout plus fun ! Alors, c’est vrai que le suivi des Moves a tendance à faire n’importe quoi de temps en temps dans ce mode mais on peut compter sur Survios pour faire prochainement quelques réglages à coups de patchs. Le studio a toujours accompagné ses jeux sur toutes les plateformes, notamment avec des mises à jour gratuites, il n’y a aucune raison pour que cette politique change. D’ailleurs, du contenu supplémentaire “fun” aux dires des développeurs devrait bientôt arriver ; on imagine bien un ou deux protagonistes d’anciens films de Rocky, un autre ring ou mieux : des modes supplémentaires, comme un championnat en ligne par exemple.

Même si en l’état, le mode pvp est très fun, il faut avouer qu’il n’est pas encore au point, la faute au tracking qui flanche à deux joueurs. Comme dit, on attend les mises à jour pour améliorer tout cela.

Le rapport Durée de vie / Qualité / Prix

Pour moins de 25 euros, CREED Rise to Glory propose une durée de vie très honnète, rien que pour son mode Carrière qui selon votre art de la boxe vous occupera plus ou moins longtemps. Comptez environ 3 heures pour en venir à bout si vous vous acharnez, plus si vous êtes adepte des entraînements et malgré cela flirtez avec les défaites.

La relative pauvreté des modes de jeu (freegame et pvp) pourrait décevoir mais finalement, les combats entre joueurs offrent une durée de vie potentiellement infinie (si ces modes sont peaufinés et enrichis). On imagine bien des modes surgir prochainement, connaissant Survios, donc restons confiants.

CREED Rise to Glory VRsus Knockout League

CREED Rise to Glory n’est pas le premier jeu de boxe sorti sur PlayStation VR : on a depuis plusieurs mois un autre challenger jusqu’ici champion de la catégorie : Knockout League des studios Grab Games. Vendu à peine un peu plus cher (29,99€), on est à peu près dans la même veine de la succession d’adversaires à boxer, à quelques différences près : bien que Knockout League soit également de style cartoon, les graphismes passent mieux, avec peu d’aliasing et des designs fantaisistes inspirés des différents protagonistes ; par contre, CREED le bat à plate couture concernant la liberté d’action (Knockout League est hyper-scripté et frustrant à ce niveau) et surtout le mode pvp exclusif au jeu de Survios. Même si celui-ci mériterait une bonne mise à jour, cette option multijoueur marque une sacrée différence qui finit par hisser CREED juste au-dessus de Knockout League en note finale. Les deux titres sont très sportifs mais l’un est finalement une succession de boss hauts en couleurs scriptés et l’autre se rapproche plus d’une simulation de boxe, quoique très arcade et cloisonnée par son système de stamina.

Knockout League sur PSVR
Knockout League sur PSVR

Conclusion

Pour 25 euros à peine, CREED Rise to Glory est une excellente alternative à Knockout League dans le genre de la boxe, d’autant plus qu’il est bien moins scripté. Son mode Carrière, avec ses phases d’entraînement et ses différents opposants monte petit à petit en difficultés et donne envie de tout donner pour devenir le champion du jeu. Les autres modes, Freegame et pvp, encore un peu chiches en contenu, mériteraient sans doute d’être améliorés lors des prochaines mises à jour qui, à n’en point douter, ne vont pas tarder, connaissant le studio Survios.

CREED n’est pas une simulation de boxe à part entière, ni un jeu d’arcade scripté : il se situe un peu entre les deux, sans être bancal. Le titre est en tout cas hyper sportif, vraiment, à force de vous tortiller debout avec les Moves devant le nez en assénant plusieurs coups contre les adversaires qui s’enchaînent. Etre debout et mobile, en bonne position défensive, tout en alternant les attaques rapides et puissantes vont littéralement draîner vos forces, et pas que virtuellement dans le jeu : prévoyez une bouteille d’eau et une serviette pour enlever les grosses gouttes de sueur qui inonderont inévitablement votre front au bout de quelques rounds. Au côté de Sprint Vector du même studio et de Knockout League donc (et avant Beat Saber), CREED Rise to Glory fait partie des jeux PlayStation VR les plus exigeants physiquement ! Soyez prévenus avant de chausser vos gants Moves.

Si vous aimez vous battre mais pas en prendre plein la gueule, en tout cas sans bobo, CREED est fait pour vous !

L'avis de VR4player
Test réalisé sur une PS4 Pro
Scénario6
Gameplay8
Graphismes7
Sons7
Rapport Prix / Durée de vie8
Immersion8.5
Note des lecteurs39 Notes5.4
Les plus
De la boxe arcade en VR non-scriptée et tactique
Le mode pvp
Le rapport Qualité / Prix / Durée de vie
Les phases d'entraînement avec la musique de Rocky
L'assurance Survios du suivi du jeu
Incarner Rocky, Adonis et co.
Les moins
Quelques soucis de tracking gênants
Assez peu de contenu au lancement
Des graphismes pas extraordinaires
7.5