PlayStation VR : Ace Combat 7, Alors ! Il vaut quoi au final ? Test Complet !

PlayStation VR : Ace Combat 7, Alors ! Il vaut quoi au final ? Test Complet !

4 février 2019 4 Par Cyril Thevenot
Ace Combat 7 Test PlayStation VR PSVR VR4Player

VR4player étant un site dédié à l’actualité du PlayStation VR, nous nous intéresserons principalement dans ce test à la version VR d’Ace Combat 7, ce qui ne nous empêche pas de faire référence à la version écran plat du titre. En conséquence, la notation du titre ne concernera et ne sanctionnera que la partie VR d’Ace Combat 7.

PlayStation VR : Ace Combat 7, Alors ! Il vaut quoi au final ? Notre Test Complet !

Ace Combat 7, depuis le temps qu’on nous promettait le titre sur PlayStation VR, est enfin sur nos consoles depuis le 18 janvier 2019 et ce après plusieurs reports. Avec un tarif de 70€ la galette, ça fait cher pour un jeu compatible PSVR. Ne pas être PSVR Required n’est pas une tare puisque l’excellent Resident Evil 7 sorti en 2017 est lui aussi PSVR compatible car jouable aussi bien en VR qu’en écran classique dans sa version intégrale. Il n’en est malheureusement rien pour Ace Combat 7, le titre n’est juste que PSVR compatible pour une poignée de missions (nous y reviendrons) alors que nous attendions tous de nous éclater en VR sur un jeu taillé dans son intégralité pour le PSVR. Quoi de mieux qu’un « simulateur » de vol pour exploiter et maximiser au mieux les possibilités de la Réalité Virtuelle ? De ce côté ci c’est donc un raté magistral. Le débat se place donc maintenant sur son contenu et si nous avons affaire, avec beaucoup de retard à une expérience du même acabit que celle de Star Wars Xwing VR mission sortie 2 ans plus tôt.

Ace Combat 7 PS4 AC7

Menu et Scénario :

Bonne nouvelle pour ceux qui ne sont pas intéressés par la version classique du titre, vous n’aurez pas besoin de progresser dans celle-ci pour déverrouiller la partie VR puisque Bandai Namco a eu la bonne idée de rendre le mode VR accessible directement depuis le menu général. Le menu VR est très minimaliste à l’image du menu général du titre. Pas de fioritures, ici on va droit au but et ce n’est pas plus mal, 3 niveaux de difficulté proposés (facile, normal, difficile) et surtout la nécessité de progresser dans les missions pour déverrouiller tous les contenus VR. Vous sont proposés : 3 missions VR puis 1 meeting aérien et 1 mode vol libre.

Si Ace Combat 7 dans sa version classique est doté d’un scénario solide, rythmé par de nombreuses cinématiques du plus bel effet, dans un conflit fictif sur le continent Strangereal, la version VR fait office de parent pauvre puisque le scénario est aux abonnés absents. Mais moins de bla-bla ce n’est pas plus mal. Par ailleurs en VR nous avons droit aussi à des cinématiques fort agréables dans lesquelles nous sommes ” moins passifs ” que dans la version classique.

Ace Combat 7 PSVR AC7

Gameplay d’ Ace Combat 7 VR :

En VR, l’immersion étant le but recherché, le gameplay se fait discret mais est efficace. Là encore on va à l’essentiel, les accès directionnels sont complétés  par nos mouvements de tête afin de profiter du paysage ou pour chercher des targets. C’est là le très gros point fort du jeu, on touche du doigt l’essence même du pilote de chasse. De ce point de vue, c’est un gouffre (en faveur de la VR) entre la version classique et la version VR. Si vous avez déjà regardé le film Top Gun souvenez vous comment font Maverick et Goose lors des combats aériens, ils sont proches de se décrocher la tête pour ne pas perdre de vue leur cible. En VR on peut le faire mais pas en version classique (ou à un degré bien moindre). Bien que le titre vous fasse bouger dans tous les sens, je n’ai ressenti aucun effet de motion sickness, la raison sans doute au fait que la notion de vitesse-gameplay soit bien proportionnée et au fait que l’on puisse visuellement toujours se raccrocher à un élément du décor.

Les touches L1 et R1 vous permettront de jouer avec le palonnier (vous verrez vos jambes bouger). La touche R2 vous permettra de pousser la manette des gaz et L2 de réduire les gaz (la encore votre action sera visible). Appuyer en même temps sur les touches L2-R2 vous permettra d’effectuer un virage serré au risque de perdre trop de vitesse et de décrocher. Appuyer sur le touchpad vous permettra de changer l’affichage de votre écran multifonction dévolu au mode radar. La touche R3 changera la configuration de vos écrans multifonctions sans aucune autre possibilité. Pour tirer au canon on appuie sur croix, pour changer de type de missiles sur carré et pour lancer vos missiles sur rond. Actionner R3 et L3 en même temps vous permettra de lancer vos flares (leurres) qui vous seront parfois d’un réel secours.

Bien regarder ses écrans multifonctions est une chose importante afin de savoir où se diriger vers l’ennemi (lorsqu’il est au loin), regarder l’état de son inventaire d’armement mais également l’état de dégât de son avion ainsi que le temps de rechargement des missiles. Le gameplay est donc simple mais très complet et met l’accent sur l’essentiel : l’immersion, le feeling.

Sachez qu’en VR vous êtes directement considéré comme un pilote confirmé puisque contrairement à la version classique vous n’aurez pas d’assistance au vol. Mode Expert sinon rien. J’aurais aimé comme sur la version classique, avoir l’opportunité de re-visionner la mission via un jeu de caméras. C’est peut-être un gadget mais ça aurait été sympathique d’avoir le choix.

À noter que Ace Combat 7 est jouable également en plus de la Dualshock 4 avec le joystick Hotas 4.

Ace Combat 7 PSVR AC7

Des Graphismes de haut vol :

Que ce soit en version classique comme VR, graphiquement avec Ace Combat 7 on prend une véritable claque graphique. En VR nous sommes là face à une référence sur PSVR, c’est du très haut niveau. L’équipe de Bandai Namco a pris son temps mais le résultat est probant. Que ce soit en premier plan ou en arrière plan, nous faisons face à des environnements soignés, riches, très bien représentés.

Les détails des cockpits sont à couper le souffle, tout y est, pas de flou ni d’aliasing, même des éclats de peintures sont présents à certains endroits. Votre corps est bien proportionné et profite lui aussi  des mêmes soins. À bord du cockpit vous profiterez d’un champ de vision à quasi 360 degrés, seul votre dossier de siège vous gênera (lui aussi détaillé). Force est de constater que votre aisance dans le cockpit est supérieure en VR à la version classique. Par exemple, lorsque vous baissez votre tête vous voyez vraiment la finesse de celui-ci ainsi que vos jambes vraiment bouger (appuis L1-R1). Si vous vous rapprochez de votre verrière, vous pouvez par moment y découvrir quelques fines rayures sur celle-ci.

Graphiquement le titre est très soigné, les arrières plans profitent du même degré d’attention, le ciel est riche de nuages, nombreux sont les effets (réussis) de soleil, traverser les nuages gorgés d’eau feront ruisseler des gouttes d’eau sur votre verrière rajoutant à cela un degré d’immersion supplémentaire. Les plans d’eau ressemblent vraiment à une mer ou à un océan, des super tankers viennent remplir ces vastes zones et ajouter de la vie. Les ilots et lagons donnent de leur côté l’impression de partir en voyage.

Graphiquement Ace Combat 7 est très riche, et ce, même si le PSVR techniquement commence à dater un peu et que le fait de zoomer sur  l’écran puisse laisser apparaître une certaine pixellisation de quelques éléments du décors. Techniquement AC7 est une nouvelle référence sur PSVR.

Ace Combat 7 VR4player.fr PlayStation VR

Les avions :

Si la version classique vous propose 26 avions dans sa version de base, Ace Combat 7 en mode VR ne vous proposera que 4 avions. Un F18 pour commencer et les autres seront à découvrir (je vous laisse les révéler). La section hangar faisant lieu de salle de briefing, vous permettra après celui-ci, de faire le tour de votre appareil. Pas la peine donc de pester contre le fait que les éléments de la mission suivent votre vue est vous empêchent  de profiter du paysage durant le briefing. Le fait de le mettre devant vos yeux en permanence a un but avoué celui que vous ne passiez pas à côté d’un élément crucial comme le bon choix d’armement (que vous débloquerez au fur et à mesure).

Une fois passé, libre à vous de regarder sous toutes ses coutures votre appareil et le hangar. Le lieu est grand mais agrémenté d’autres appareils et de personnels « animés ». Vous ne vous déplacerez pas librement autour de votre zinc, les points de vue vous sont imposés. Vos avions sont bien représentés avec certes un peu moins de détails que sur la version classique.

Les avions de vos équipiers en vol sont également bien modélisés, vous pourrez voler de concert avec eux mais ils s’adapteront toujours à votre pilotage. Impossible donc de les percuter ou de faire un cockpit à cockpit comme dans Top Gun.

Les appareils ennemis vous allez en voir et en grand nombre. Plusieurs types d’appareils ( Tupolev 160 bombardier ; Mig 21, Sukhoi 35, Sukhoi 57, Mirage 2000, Sea Harrier A6, Apache…).  C’est sur ces appareils lors des phases de dogfight que la pixellisation peut apparaître suivant la distance où ils se trouvent de vous. Au plus prêt, les avions pour qui s’y intéressent sont facilement reconnaissables même sans l’indication lettrée.

Le contenu VR et sa durée :

Comme dit plus haut, le contenu VR manque de consistance, seulement 3 missions de combat, un meeting aérien et un mode vol libre. Les 3 missions sont complètes et font honneur à la licence. Deux missions sur trois ont droit à une cinématique et à une phase d’atterrissage à effectuer. Pour la restante, on se demande si le projet ne prenant pas trop de retard le choix a été fait d’en faire l’impasse.

Des combats aériens endiablés et terrestres vous seront proposés sur différents théâtres (mer, forêt, montagne). Chaque décor a son ambiance type et son mode de combat. Durant ces trois missions vous vous transformerez en un véritable pilote de chasse mais malheureusement pour une trop courte durée pour qui aime le genre.  Comptez une petite heure en mode normal et moins de 2 heures si vous êtes désireux d’effectuer les missions dans tous les niveaux de difficulté.

À cela s’ajoute un meeting aérien vous plaçant en tant que spectateur sur le pont d’envol d’un porte avion. Vous aurez différents points de vu (imposés) pour profiter du show aux 22 figures.

Le mode vol libre quant à lui vous propose d’évoluer librement avec votre zinc dans les décors des missions. Sans grand intérêt il pourra vous permettre de tenter tout ce que vous n’avez pas eu le temps de faire durant les missions.

Il y avait de la place pour d’autres missions, il est regrettable que Bandai Namco se soient contentés de seulement 3 missions tant le travail fournit est de qualité et montre que le couple PSVR-PS4 en ont encore dans le ventre.

Une véritable immersion sonore :

Non content d’être graphiquement au top, Ace Combat 7 vous plonge encore un peu plus dans l’immersion grâce à son univers sonore. Des musiques sans trop être présentes vous insufflent le souffle de la victoire et que dire des bruitages (poussée des réacteurs, départs de missiles…) qui nous immergent totalement dans notre rôle de pilote de chasse. Durant certaines phases de vol, vous entendrez même votre mécanique souffrir et vrombir. Le son du canon est quant à lui un peu mollasson et légèrement en retrait par rapport aux autres. Les voix off en anglais apportent du cachet je trouve que c’est bien mieux que si c’était en français. Toutefois elles ont un revers à savoir que celles-ci sont traduites ce qui n’est franchement pas le plus évident à regarder lorsque nous sommes en plein duel ou à la recherche du missile qui approche dangereusement de nos six heures.

CONCLUSION :

Difficile de noter uniquement la partie VR de ce titre. Que ce soit en VR ou en version classique Ace Combat 7 est une réussite, il ne révolutionne pas la saga, c’est du déjà vu, c’est répétitif mais c’est propre au style. Cependant la magie opère toujours et piloter des zincs à 50 millions d’euros est toujours aussi jouissif. Nous avons affaire là pour les deux versions à un jeu triple AAA. Bandai Namco a pris son temps pour sortir son titre et notamment la version VR mais on sait pourquoi maintenant. Un très très gros travail à été réalisé.

Toutefois le choix de ne pas vendre séparément les 2 versions impose de prendre en compte une variable qui fait mal, celle du prix. À 70€ la galette pour ne profiter que de 3 missions d’intérêt, difficile de ne pas dévaluer la note du titre. Nous n’avons pas affaire là à une expérience mais bien à un mini jeu… trop court par rapport à son tarif pour une durée de moins de deux heures (tous niveaux de difficulté). Le mode VR aurait été vendu séparément à une quinzaine d’euros ou avec plus de missions, la note n’aurait pas été impactée. Une douzaine de missions auraient été bienvenues surtout que nous ne souffrons pas du mode scénario. Espérons que du contenu complémentaire arrivera. Par conséquent, bien que la qualité graphique, sonore, gameplay et l’immersion soient au rendez-vous sur la partie VR, en raison de son prix excessif pour un contenu ” famélique “, la note finale ne peut dépasser un 6/10. En revanche, si nous faisons abstraction totale du prix la note grimpe à 9/10. Qu’il est difficile de noter Ace Combat 7. 

Ace Combat 7 est un immanquable du catalogue PSVR, c’est plein d’émotion que vous prendrez les airs sans craindre de souffrir de perdre vos repères.

Avis de VR4player.fr
Test réalisé sur PS4 Pro
Graphismes9
Gameplay8.5
Bande Son9
Immersion10
Rejouabilité9
Ratio Prix/Durée1
Note des lecteurs1 Note10
Les plus
Immersion totale
Graphismes riches et détaillés
Accessible à tous
Des cinématiques qui enrichissent les missions
Une nouvelle référence sur PSVR
Les moins
Trop court
Prix exorbitant si on ne s'intéresse qu'à la partie VR
6