Le PlayStation VR et la Réalité Virtuelle sont-ils dangereux pour votre vue ?

Le PlayStation VR et la Réalité Virtuelle sont-ils dangereux pour votre vue ?

16 août 2018 0 Par Laurent Ganne
VR4player, les dossiers du mois d'aout

Article du 8 décembre 2017

La classification PEGI est-elle adaptée à la VR ?

Nous vous avons parlé du PlayStation VR et du Motion Sickness en réalité virtuelle dans un de nos derniers articles. Nous allons aborder aujourd’hui une question délicate qui mérite toutefois, vu son importance, d’être posée :

Les casques de réalité virtuelle comme le HTC Vive, l’Oculus Rift, Le PlayStation VR ou les Windows MR sont-ils dangereux pour notre vue ou celle de nos enfants ?

La question est légitime mais va à l’encontre d’un produit que l’on adore… alors que savons nous sur ce sujet à l’heure actuelle ?

On peut différencier deux types de problèmes pour nos yeux : La fatigue oculaire et la lumière bleue.

Les écrans d’aujourd’hui sont-ils néfastes pour nos yeux ?

“Ne restes pas trop près de la Télévision, tu vas t’abimer les yeux !”

Cette phrase, on l’a tous entendu au moins une fois ! A tel point qu’elle est devenue dans nos foyers presque une expression ! Mais alors, on ne doit pas regarder la télé de trop près mais dans un casque virtuelle on se retrouve avec un écran à moins de 3 cm de nos yeux … que faut-il en penser ?

À l’époque de notre enfance, les téléviseurs étaient à tube cathodique et donc avaient un balayage (Une fréquence de 50, 60 ou 70Hz pour les plus chanceux). Si on filmait avec un camescope DV ces écrans, on pouvait voir le balayage sur nos vidéos. Bien que nous ne pouvions percevoir ce balayage devant notre série favorite, il était bien perçu par nos yeux qui cherchaient à faire une mise au point en permanence… entrainant une grosse fatigue visuelle si on était trop proche de l’écran.

La luminosité de nos écrans et le rétroéclairage

Aujourd’hui c’est différent… du moins c’est mieux ! Les écrans OLED, LED, LCD ou PLASMA n’ont plus de balayage et donc l’oeil n’est plus fatigué comme avant. Mais il reste encore du progrès à faire…

La fréquence en hertz n’a plus l’importance qu’elle avait avec les écrans cathodiques. Aujourd’hui il faudrait plus se pencher sur le type de rétroéclairage, sur la luminosité de l’écran et sur sa résolution.

Concernant la fréquence, sachez que plus elle sera élevée et plus les animations seront fluides, ce qui pourrait atténuer la fatigue visuelle. Certains constructeurs annoncent qu’au delà de 200Hz, l’oeil humain n’est plus capable de faire la différence avec la réalité.

Le rétroéclairage a son importance également mais de ce côté rien de bien formidable. Que l’on parle de PLASMA, de LEDS ou de LCD … tous ces écrans ne sont pas parfaits! Sachez qu’il n’y a pas de grandes différences entre un téléviseur LED ou LCD. Un écran LED est en fait un écran LCD ! Le LCD est rétroéclairé par des tubes fluorescents, le LED par des leds. Aucune de ces deux lumières n’est continue. Les néons comme les leds clignotent et cela peut entrainer une fatigue visuelle … Mais ne dramatisons rien, la plupart des écrans ont une réactivité inférieure à 9ms. C’est-à-dire que pendant 9 millisecondes, lorsqu’un pixel s’allume, le précédent continuera d’afficher quelque chose. Ces deux procédés ont tendances à créer des scintillements dans l’image qui peuvent devenir, chez certaines personnes, pénibles et fatigants pour les yeux.

L’écran du PlayStation VR n’est ni un LCD, ni un LED mais un OLED. Un écran OLED (ou Organic Light-Emitting Diode) est un écran ou chaque pixel de l’image dispose de sa propre diode électroluminescente. Il n’y a donc plus de retroéclairage, ce sont les pixels qui créent leur propre éclairage et il n’y a plus de scintillements.

Pour ce qui est de la luminosité, ce n’est pas forcement un problème en soit étant donné qu’elle se règle. Plus un écran sera lumineux et plus il pourra vous fatiguer la vue. De plus dans un casque de réalité virtuelle, le fait de baisser sensiblement cette luminosité aura tendance à atténuer l’effet de grille et augmentera votre confort.

De plus en plus de Myopes !

On pense que l’oeil humain ne verrait plus la différence de qualité au delà de 8K … et encore c’est déjà difficile de faire la différence entre de la 4K et de la 8K. Alors un téléviseur 4K sur un mur c’est un peu comme regarder un tableau durant des heures ! Et voilà où se trouve le principal problème : Regarder un écran d’ordi pendant 10h par jour aujourd’hui, c’est comme regarder une affiche sur un mur à 40 cm durant 10h! (si l’on ne parle que de myopie)

La fatigue visuelle est provoquée par une longue concentration sur un élément trop proche. En effet, la mise au point de la vision pour un écran nécessite la contraction des muscles intra-oculaire appelés muscles ciliaires. En se contractant, ces muscles permettent au cristallin d’augmenter sa puissance et de procurer une vision nette au cerveau. On appelle cela l’accommodation. C’est la contraction prolongée des muscles ciliaires qui est la source de la fatigue visuelle (maux de tête, picotement des yeux, sécheresse oculaire etc…)

Notre oeil est bloqué sur une focale proche et du coup, on fatigue les muscles qui permettent la mise au point sur un élément proche. Il perd l’habitude de voir au loin ! C’est pour cela qu’il y a de plus en plus de myopes ! Ce n’est pas les écrans mais l’observation prolongée à courte distance de n’importe quoi qui est néfaste pour notre vu ! Bon OK, on ne va pas rester 10H à 40cm d’un tronc d’arbre… Nous sommes rivés de nombreuses heures par jour sur nos écrans de mobiles, d’ordinateurs ou de télévision et notre génération ne prend plus le temps de regarder au loin, pour reposer sa vue !  Faites des poses de temps en temps et regardez très loin par une fenêtre au moins 10-15 minutes toutes les deux heures.  

Pour ce qui est de la réalité virtuelle, nous ne sommes pas ici dans ce type de cas. Il y a, en VR, une profondeur de champ. Quand on regarde au loin dans un casque VR, on force notre oeil sur une focale lointaine et donc, c’est plutôt bon, ça le fait travailler dans l’autre sens. Bien évidement, ça ne sera parfait que lorsqu’on aura dans les casques VR de la 4K native, voir de la 8K !

PEGI VR4player.fr

Moins de 12 ans s’abstenir !

Pour le moment Sony déconseille le PlayStation VR aux enfants de moins de 12 ans. Oculus pour les enfants de moins de 13 ans et aucune restriction d’utilisation pour le HTC Vive. Le directeur scientifique de la Société française d’ophtalmologie, Gilles Renard, met en garde contre les risques de ces nouveaux écrans que l’on porte à quelques centimètres des yeux.

“Quand on parle d’enfant, c’est jusqu’à 15 ans. Cela tient à la maturité du cristallin, qui chez les enfants laisse passer la lumière bleue, et aux efforts plus importants pour “accommoder”, c’est-à-dire faire la mise au point. (…) Ces écrans émettent une lumière bleue, toxique de très près et de façon prolongée, surtout pour les enfants.” Gille Renard

Un danger bien réel et plus inquiétant : La lumière Bleue

Comme vous le savez, la lumière blanche du soleil qui nous entoure se compose de toutes les couleurs de l’arc en ciel. Les grandes longueurs d’onde sont appelées Infrarouges et les plus petites les Ultraviolets.

“Parmi elles, du bleu turquoise, lumière bonne pour le moral, et puis du bleu-violet, lumière à laquelle nous sommes de plus en plus exposés”, explique le Dr Petra Kunze, ophtalmologiste à Paris.

Cette couleur bleu-violet située entre une longueur d’onde de 380 à 500 nanomètres est plus forte que celle des autres couleurs. Vous avez l’habitude de mettre des lunettes de soleil quand vous êtes l’été sur la plage ? Et ces lunettes ont toutes un filtre anti-UV (Ultra-violet) ! Et bien sachez qu’un écran quel qu’il soit émet le même type de lumière mais que l’on a pas l’habitude de travailler ou de jouer avec des lunettes de soleil !

“Il a été démontré sur un modèle in vitro de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) que la longueur d’onde la plus toxique pour les cellules rétiniennes est située autour de 415-455 nanomètres”, explique le Pr Serge Picaud, neurobiologiste et directeur Inserm à l’Institut de la Vision.

Les opticiens proposent tous aujourd’hui un filtre supplémentaire sur leurs verres, le filtre à lumière bleue. Ces filtres bloquent les longueurs d’onde situées en dessous de 470 nanomètres. Pour les casques de réalité virtuelle, ce type de filtre sera très certainement intégré sur les prochains modèles soit directement sur les écrans, soit sur les lentilles. Ces verres sont de couleur Bleu du fait qu’ils ne laissent pas passer cette longueur d’onde. Vous pouvez souffler, il existe des solutions pour vous protéger de ce problème à moindre coût !

coatingx

Filtre anti lumière bleue pour PlayStation VR, HTC Vive et Oculus Rift

Si cette question vous préoccupe sachez qu’il existe des solutions. La société VR LENS LAB vous propose des lentilles clipsables sur les 3 principaux casques VR du marché, à savoir le PlayStation VR, le HTC Vive et l’Oculus Rift . Non seulement ces verres joueront un rôle de protection de vos lentilles en cas de rayures mais ils sont également dotés d’un filtre de lumière bleue et d’un filtre photographique qui augmentera les contrastes de l’image pour un meilleur rendu dans le casque.

Les lentilles sont simples à clipser sur le playstation VR. Elles ne touchent pas les verres du PSVR. On peut facilement les retirer à l’aide d’une ventouse et leur prix est très abordable : 29,00 € !  Il est important de préciser également que le fait d’avoir un filtre anti lumière bleue ne modifiera pas la perception des couleurs dans le casque.

La Réalité virtuelle au service de notre vue

Nous vous l’avions fait remarquer, les casques de réalité virtuelle sont déjà utilisés par différents thérapeutes pour aider les personnes à guérir de leur phobie ou du mal de mer. La VR pourrait bien devenir un outil efficace pour nous aider à corriger nos problèmes ophtalmiques !

La société Hoya spécialisée dans les solutions optiques a sorti un casque de réalité virtuelle spécialement conçu pour les opticiens (Hoya Vision Simulator). Ce casque proposera un diagnostic de votre vision beaucoup plus rapide et plus précis que les techniques habituelles. Il sera par exemple possible d’essayer en réalité virtuelle plusieurs corrections pour connaitre exactement celle qui nous convient le mieux.

Hoya Vision Simulator propose aux porteurs de voir une représentation en 3D, de très haute définition, de la vision qu’ils auront grâce aux différentes géométries et traitements. Avec la prescription habituelle du porteur, le simulateur réalisera des calculs précis et donnera une expérience réaliste de la vision obtenue avec chaque type de verres.

Le développeur James Blaha a lancé un projet nommé Diplopia visant à « muscler » et à rééduquer l’œil grâce à une série d’applications. Une de ces applications afficherait sur l’écran du masque des éléments avec des niveaux de contrastes différents pour chaque œil, ce qui obligerait le cerveau à compenser les informations et donc à muscler l’œil « paresseux » et à aider à rétablir l’axe de l’œil dévié.

La société a lancé une étude qui selon elle, démontrerait que les résultats sont visibles à l’œil nu au bout de 2 à 3 semaines soit 6 fois plus efficace que la méthode traditionnelle qui consiste à masquer l’œil sain pour faire travailler l’œil « paresseux »

Conclusion

On pourrait, par amour de la réalité virtuelle, dire qu’il n’y a aucun problème, que tout est impeccable mais la technologie est encore beaucoup trop jeune pour avoir suffisamment de recul pour réellement pouvoir se prononcer sur la question. Le principe de précaution prend donc le relais en l’absence d’études beaucoup plus poussées. 

En règle générale, on peut retenir que la qualité des écrans s’améliore à une vitesse exponentielle et que d’ici quelques années, l’œil humain ne sera plus en mesure de faire la différence entre la réalité et la VR (D’un point de vue résolution). Il semblerait que les écran OLED soit plus adaptés que les écrans LCD, ça tombe bien, le PlayStation VR est équipé d’un OLED !

Les casques VR sont à éviter chez les jeunes qui n’ont pas encore un œil mature (Moins de 12 ans). Rien ne vous empêche de leur faire essayer de temps en temps mais évitez une utilisation prolongée et régulière avant 12-13 ans.

Enfin, le problème de la lumière bleue semble être aujourd’hui un soucis à ne pas négliger. Encore une fois, nous n’avons pas suffisamment de recul sur la question et mieux vaut privilégier le principe de précaution. Des solutions existent à faible coût comme celle de VR LENS LAB en attendant que les constructeurs développent des réponses à ces questions sur leur prochains modèles de casques VR. Si cette question vous préoccupe, sachez donc qu’il existe des solutions et que rien n’est alarmant. Vous pouvez baisser la luminosité de votre casque et le soleil fera de toute façon beaucoup plus de dégâts si vous ne mettez pas de lunettes de soleil l’été.